Daily Issue #117: C'est le week-end, on s'envole

C’est le week-end, on s’envole

Daily Issue #117: C'est le week-end, on s'envole

Bonjour à tous. C’est vendredi, le 1er mars…la veille (il y a 50 ans) du premier vol de l’avion mythique qui pouvait traverser l’Atlantique en 3.5 heures. Voici un beau timbre pour s’en souvenir. Et voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue #117: C'est le week-end, on s'envole

«Laisser couler» (2019), de Ridsa. L’étoile montante appelle à s’élever au-dessus des obstacles et à continuer malgré les échecs avec des paroles inspirantes telles que  «Tout ira bien, oublie, avance, sans bruit / Hier c’est loin, maintenant faut faire ta vie»… (Youtube / Spotify)

Daily Issue #117: C'est le week-end, on s'envole

Les plateaux-repas servis dans les avions — pourquoi sont-ils si mauvais? A moins d’être en première classe (ou d’avoir eu la chance de manger du caviar et de boire du champagne sur le Concorde), le catering aérienne n’est généralement pas la meilleure truc au sujet de votre vol. Ceci est dû aux coûts, comme on peut s’y attendre, mais aussi pour d’autres raisons plus inattendues  — comme le fait que la pression atmosphérique changeante ainsi que lebruit fort assure que la nourriture a toujours un goût fade à 30 000 pieds dans l’air. A prendre également en compte : la digestion, puisque de ces jours-ci tout le monde est un peu entassé dans les avions… (L’Obs)

Daily Issue #117: C'est le week-end, on s'envole

Une nouvelle frontière pour l’énergie solaire. Imaginez ceci: L’installation de centrales solaires dans l’espace, où il n’y a jamais d’ombre ni de mauvais temps. Des panneaux photovoltaïques qui flottent en orbite et qui nous renvoient l’électricité sur Terre à des centaines de kilomètres (sans nous zapper dans le processus). Cela peut sembler être un rêve ou une idée de film de science-fiction, mais c’est un concept qui a été développé pour la première fois dans les années 1970 et qui a été étudié sans cesse depuis.  L’aspect le plus prohibitif de ces installations est leur coût, mais grâce aux avancées technologiques comme les fusées réutilisables de SpaceX, les imprimantes 3D, et les robots qui peuvent construire dans l’espace, elles pourraient bientôt devenir réalité. La Chine prévoit de construire plusieurs mini-stations entre 2021 et 2025, et le Japon aura sa première centrale orbitale à l’horizon 2040.  (Le Journal de Dimanche)