Daily Issue #175: En avant, mon troupeau

Bonjour à tous. C’est mardi, le 28 mai… le jour où le lieutenant-colonel George Washington, seulement 22 ans, tend une embuscade à un groupe de scouts français en 1754, déclenchant la guerre de Sept Ans (le French and Indian War pour les Américains). Preuve que les amitiés peuvent se développer même à partir de débuts difficiles… Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue #175: En avant, mon troupeau

«J’écoute du Miles Davis» (2015), de Navii. Parce que parfois la musique est la seule chose qui nous comprend vraiment: «Ma peine au fond d’une fiole / Puisqu’on ne sera plus ensemble / Si fiers qu’on s’abandonne / C’est fou ce qu’on se ressemble»… (Youtube / Spotify)

Daily Issue #175: En avant, mon troupeau

Qu’est-ce qui a mal tourné avec Everest cette année — et comment éviter d’autres décès au sommet du monde? Le bilan est choquant: 11 personnes sont mortes sur la montagne cette année seulement, alors que la brève saison printanière, marquée par un nombre record de tentatives, touche à sa fin. De nombreux facteurs expliquent cette situation, tous liés les uns aux autres: des mauvaises conditions météorologiques qui ont forcé de nombreux alpinistes à tenter la montagne en même temps, la mauvaise gestion des foules par les autorités népalaises, des alpinistes inexpérimentés qui ne comprennent pas les risques, et des opérateurs d’expédition qui sont en concurrence pour la quantité et non la qualité. Cette saison, 381 permis (coûtant $11 000 chacun) ont été émis par le gouvernement népalais, qui a de la difficulté à trouver un équilibre entre la rentabilité du tourisme et la sécurité en montagne. Rien que le 23 mai, 297 alpinistes étaient sur Everest, ce qui a provoqué d’énormes embouteillages dans la «zone de la mort» — exactement là où vous ne voulez pas être pris à attendre… Que faut-il faire? (Ouest France)

Daily Issue #175: En avant, mon troupeau

C’est officiel. Si vous vous êtes déjà sentie épuisée émotionnellement ou mentalement par le travail ou l’école, stressée au point d’être désespérée ou désabusée… c’est ce qu’on appelle le burn-out. (Et vous devriez probablement aller prendre des vacances ou au moins regarder Planet Earth sur Netflix…) Ce n’est pas nouveau, mais, pour la première fois, le burn-out est reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé comme une maladie, faisant partie des «problèmes associés» à l’emploi ou au chômage. Aussi ajouté à la liste comme une pathologie à part entière: «la pratique excessive et déraisonnable du jeu vidéo», ou une dépendance aiguë qui provoque des dérèglements physiques ou psychologiques. Une décision qui fait polémique car de nombreux chercheurs affirment que si les jeux vidéo peuvent «dans certains cas s’accompagner de comportements sociaux dysfonctionnels, rien n’indique que le premier soit la cause du second». Ma seule question… quand l’addiction aux réseaux sociaux sera-t-elle officiellement reconnue comme un épidémie? (Le Monde, Le Monde)

Pssst…Want more News in French with comprehension exercises, quizzes, and fun trivia? Become a member! For only $5 a month, you’ll receive an exclusive new email every Sunday, plus you’ll be helping keep this daily newsletter awesome. Don’t miss out — get access now

Daily Issue #175: En avant, mon troupeau

Les loups sont de retour… pour l’instant. En avance sur le calendrier, la France compte maintenant environ 500 loups sur son territoire, une croissance plus rapide que prévu depuis que les prédateurs ont été réintroduits en 1992 (après avoir été éradiqué dans les années 1930). Des bonnes nouvelles pour les loups… mais pas pour le loup: le nombre de tirs autorisés devrait augmenter en conséquence pour aider les éleveurs à protéger leur bétail. Ce week-end, un loup mâle solitaire soupçonné d’être responsable de la mort de près de 360 moutons, vaches, et chevaux depuis 2017 a été abattu aux portes de Nîmes, dans le sud de la France. Et aujourd’hui même, «la Fédération nationale ovine réclame le droit d’armer tous les bergers pour protéger leurs troupeaux». Pourquoi ne pouvons-nous pas tous vivre en harmonie… (Le Point)

Daily Issue #175: En avant, mon troupeau

Cock-a-doodle-doo, ou plutôt, cocoricoSi le maire d’une commune rurale de France parvient à ses fins, le chant du coq, symbole vivant de l’Hexagone, pourrait bientôt être inscrit dans le patrimoine immatériel de l’UNESCO. Et pas seulement la mélodie du coq, mais de toute la campagne : “le meuglement de la vache, le braiment de l’âne, les aboiements du chien, le pépiement des oiseaux et le son des cloches“… (LCI)