Daily Issue 376:  Appel manqué

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 376:  Appel manqué

Bonjour à tous. C’est jeudi, le 2 avril…Le jour de la naissance, en 1878, de la peintre Émilie Charmy. Une figure centrale des débuts de l’avant-garde qui a travaillé de près avec les grands fauvistes comme Henri Matisse, avec un style audacieux et masculin, elle est considérée comme l’une des principales femmes artistes de son temps. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 376:  Appel manqué

«Canopée» (2016), de Polo & Pan. Parce que nous voulons tous y voyager…  «Jungle sauvage ouvre tes bras, / Il en faut peu pour toi et moi, / Prenons racine dans les bois, / Enfants naïfs ou hors-la-loi, / Les quilles plantées dans un ruisseau, / Écoutent chanter ce drôle d’oiseau, / Il nous invite un peu plus haut, / À partager nos idéaux»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 376:  Appel manqué

Les appels téléphoniques sont-ils vraiment morts? De nos jours, les jeunes n’aiment vraiment pas parler au téléphone. Nous faisons tout sur nos iPhones, mais passer des appels n’en fait pas partie — même si c’est ce à quoi ils étaient destinés à l’origine. C’est une petite ironie amusante de nos vies très modernes. Mais apparemment, comme la vie de la plupart d’entre nous a été considérablement ralentie depuis quelques semaines, nous commençons à réaliser que les longues conversations au téléphone ne sont pas si mal après tout. Du moins, c’est le cas en France… Du Monde: «C’est un objet que nous gardons tout le temps avec nous. Il nous sert à nous réveiller, à écouter de la musique, à lire nos mails, des livres et à regarder des vidéos. Et voilà que depuis le début du confinement, le téléphone nous sert aussi à téléphoner. “Ce qui était le plus surprenant pour nous dans les jours qui ont suivi le confinement, ce n’était pas la data, ni le streaming télé mais les appels voix des mobiles qui ont doublé”, observe Tim Wright, à la communication de l’opérateur Orange. Le 16 mars et les jours suivants, les points d’interconnexion entre réseaux (ce qui permet à un abonné d’un opérateur d’en appeler un d’un autre) étaient saturés et ont dû être redimensionnés pour éviter les embouteillages. Encore plus improbable que le retour du chariot à provision ou de la machine à pain, voilà que des amis se téléphonent sans raison pour prendre des nouvelles. Voilà que les gens – et même les jeunes – décrochent! On ne prend plus de risques à décrocher, même face à un numéro inconnu, depuis que les vendeurs de fenêtre, de placements financiers et d’abonnements à Canal+ sont en congés»… Comme le note la chronique, beaucoup pourraient préférer une conversation simple à l’intrusion visuelle d’autres méthodes de communication devenues très populaires, telles que Zoom…. Vous êtes-vous retrouvé à parler davantage au téléphone ces jours-ci? Y a-t-il un certain élément qui les rend irremplaçables?

Daily Issue 376:  Appel manqué

Et si nous pouvions sauver les océans après tout? Malgré la morosité de la situation, il s’avère qu’il n’est pas trop tard pour agir, selon une étude parue plus tôt cette semaine dans Nature. De RTS: «D’après les recherches d’experts de dix pays différents, les écosystèmes marins peuvent encore se reconstruire. L’étude s’intéresse aux effets positifs des efforts de conservation des océans. Les scientifiques estiment qu’il est possible de restaurer des écosystèmes complets en une génération seulement, d’ici à 2050. Les chercheurs rappellent par ailleurs que l’humanité doit beaucoup aux océans: 2,5% du PIB mondial, que ce soit pour l’emploi, la nourriture et potentiellement les énergies renouvelables et de captation de CO2. Les océans ne pourront plus fournir ces fonctions si les écosystèmes marins continuent de s’effondrer. “Nous ne sommes pas des rêveurs. L’action menée ces dernières années porte ses fruits. C’est du win-win de restaurer la vie marine, c’est astucieux d’un point de vue économique” explique Jean-Pierre Gattuso, directeur de recherche au CNRS et co-auteur de l’étude, dans l’émission Forum». Un argument économique… c’est peut-être ce qui fera finalement passer le message? 

Daily Issue 376:  Appel manqué

C’est jeudi… l’heure d’un quiz! Et cela vous prendra toute la journée, alors choisissez une chaise confortable… D’Ouest France: Méga-quiz de culture générale en 100 questions: jusqu’où irez-vous?