Daily Issue 377: La coexistence

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 377: La coexistence

Bonjour à tous. C’est vendredi, le 3 avril…Le jour où, en 1711, des explorateurs français découvrent l’île de Clipperton. Située à 1 300 kilomètres au large du Mexique, cette minuscule île inhabitée reste une possession française,  malgré de nombreuses revendications au fil des années. D’abord appelée l’île de la Passion, elle porte aujourd’hui le nom d’un pirate qui l’a utilisée comme base au début du XVIIIe siècle. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 377: La coexistence

«Pas beaux» (2019), de Vitaa et Slimane. Parce que qui sont-ils pour vous dire autrement? «Il y a ceux qui n’ont jamais d’efforts à faire, / Depuis petites elles ont tout pour plaire, / Loin de chez moi le train est passé, / Depuis gamine un vrai garçon manqué»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 377: La coexistence

Pouvons-nous créer un meilleur équilibre entre les humains et le reste du monde? Beaucoup pourraient penser que c’est une question qui n’a pas de bonne réponse. Après tout, nous, les humains, ne nous situons peut-être pas au sommet de la chaîne alimentaire, mais notre caractère unique nous a permis de changer le monde en notre faveur. Et ce faisant, nous avons écarté de nombreuses autres espèces sur notre chemin vers la domination de la planète. Nous n’avons peut-être plus un grand nombre de buffles qui errent dans les plaines ou de baleines qui plongent dans les océans, mais nous avons des trains, de l’électricité, des hôpitaux… Les animaux sont toujours là, cependant, attendant dans les bois et les lacs…  Cela devient évident pour tous pendant ces périodes de quarantaine. Hervé Gardette explique dans France Culture: «Il y a fort fort longtemps, environ une semaine avant le début du confinement, j’avais commencé à regarder une série animalière sur Netflix: La Terre, la nuitGrâce à des caméras ultra-perfectionnées, on y voit des animaux sauvages: éléphants, panthères, loutres… investir les rues des villes lorsque les lumières sont éteintes et les humains calfeutrés chez eux. Aujourd’hui, avec le confinement, il suffit d’ouvrir l’œil, de jour, pour assister à un tel spectacle. Sans doute avez-vous vu passer cette vidéo de canards se dandinant en plein Paris, à deux pattes de la Comédie française; au Maroc, les villes sont devenues le nouveau territoire des sangliers; à San Francisco, des coyotes se baladent le nez dans la baie; à Santiago du Chili, c’est un puma qui a été photographié sur la chaussée; et citons encore ce loup solitaire, surpris sans doute de se retrouver seul sur les pistes de ski à Courchevel. C’est à croire que tous ces animaux étaient à l’affut, bien planqués mais pas trop loin quand même, pour pouvoir, à la première occasion, profiter de notre absence  pour réapparaître, un peu comme les jouets de Toy Story, qui ne s’animent qu’à partir du moment où les humains s’endorment. “Hey les gars, on peut y aller, ils sont tous partis!’’» De toute évidence, le reste du monde naturel apprécierait probablement que nous restions chez nous pour toujours. Cela ne va pas être le cas, et l’espèce humaine va continuer à faire ce qu’elle fait: Grandir, construire, s’étendre… Mais y a-t-il un moyen de mieux coexister pour aller de l’avant? Cette crise nous rendra-t-elle plus conscients de l’impact de nos comportements et de la façon dont nous pouvons nous améliorer? Pourquoi ou pourquoi pas?

Daily Issue 377: La coexistence

Du progrès dans la recherche de la vie sur la planète rouge. Pour résoudre les grandes questions qui se posent dans nos étoiles… nous devons nous tourner vers les profondeurs de nos océans ? Hé, si être un scientifique étaitfacile, tout le monde en serait un… Selon CNN (en anglais): «Quand les scientifiques observent que la vie microbienne prospère dans certains des environnements les plus extrêmes de la Terre, cela leur donne l’espoir de pouvoir trouver de la vie sur d’autres planètes. Des scientifiques ont découvert des milliards de bactéries vivant dans de minuscules fissures dans les roches volcaniques sous le plancher océanique, à plus de quartorze kilomètres sous la surface de l’océan et à 300 pieds sous le plancher océanique, selon une nouvelle étude publiée jeudi. Et ils pensent que de minuscules fissures similaires, remplies d’argile, dans les roches sur Mars ou sous sa surface pourraient constituer un centre de vie similaire»… 

Daily Issue 377: La coexistence

Vous prévoyez de de passer beaucoup de temps dans la cuisine ce week-end? Bah, dis donc, quelle surprise! D’Europe 1: Cinq recettes de chefs étoilés faciles à réaliser chez soi…