Daily Issue 379: Bienvenue chez Artemis

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 379: Bienvenue chez Artemis

Bonjour à tous. C’est mardi, le 7 avril… le jour où, en 2008, Bienvenue chez les Ch’tis devient le plus grand succès au box-office en France pour un film français. La comédie rurale raconte l’histoire d’un fonctionnaire banni dans le Nord de la France, un coin du pays apparemment sinistre et rude où les habitants parlent tous un lourd dialecte… Mais il découvre vite que tout n’est pas ce qu’il paraît! Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 379: Bienvenue chez Artemis

«Marche ou rêve» (2020), de Hoshi. Parce que parfois, il faut se battre… «Tirons des plans sur la comète, / Quitte à filer haut comme des étoiles, / J’aimerai qu’le temps s’arrête, / Sur mon vélo, j’perds les pédales, / Parfois j’m’ennuie comme un rat mort, / Puis quand ça n’va pas, j’souris, / Et si la nuit me combat, j’sors insoumis, / Face aux insomnies»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 379: Bienvenue chez Artemis

Les énergies renouvelables peuvent-elles être néfastes pour la biodiversité? Lorsque nous pensons aux énergies renouvelables, un mot a tendance à nous venir à l’esprit: Propre. Qu’il s’agisse d’éoliennes s’élevant élégamment des forêts et des champs sans perturber le paysage, ou de panneaux solaires transformant un désert vide et aride en un centre d’énergie, nous avons peut-être tendance à romantiser nos alternatives au charbon, au gaz naturel, et au nucléaire. Si les énergies renouvelables sont sans aucun doute la voie à suivre pour nous sauver du dérèglement climatique, leur impact sur l’environnement immédiat n’est pas négligeable – mais souvent oublié. De Futura Sciences: «Faut-il choisir entre réchauffement climatique et préservation de la biodiversité? C’est la question posée par les énergies renouvelables. D’un côté, elles permettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre en fabriquant de l’énergie “propre”. De l’autre, elles génèrent une artificialisation des espaces naturels avec une perte importante d’habitat et de biodiversité. Une nouvelle étude, publiée dans la revue Global Change Biology, a passé en revue près de 3.000 installations d’énergies renouvelables à travers le monde (centrales solaires, éoliennes et hydroélectriques), et calculé que ces dernières empiètent ou dégradent 886 espaces naturels protégés et plus de 800 sites clés pour la biodiversité, tels que définis par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature). “Plus de 2.200 unités d’énergie renouvelable sont en opération à travers le monde et 900 sont en construction. Ces infrastructures, ainsi que toutes celles qu’elles génèrent comme les routes et les activités humaines associées, ont un impact dévastateur sur les espaces naturels et sont totalement incompatibles avec les efforts de préservation de la biodiversité”, s’alarme José Rehbein, principal auteur de l’étude et chercheur à l’université du Queensland en Australie»… Une des statistiques surprenantes de l’article est que l’énergie éolienne est «100 fois plus gourmande en espace que le nucléaire». Ce qui souligne l’importance de sélectionner des sites qui ne seront pas endommagés par l’artificialisation. Cela vous surprend? Pensez-vous qu’il faut être plus prudent quand il s’agit de transformer notre monde en un alimenté par des énergies renouvelables?

Daily Issue 379: Bienvenue chez Artemis

Comment l’humanité va retourner sur la Lune. L’orbe solitaire qui orbite fidèlement autour de notre planète accueillera (très) bientôt une présence humaine «prolongée», selon un récent rapport de la NASA. De Slate: «C’est à l’horizon 2024 que les États-Unis envisagent un retour de leurs astronautes sur la Lune, dans le cadre de la mission Artemis 3. Préparée de longue date, cette mission serait l’occasion de mettre en place les prémices d’infrastructures permettant, à terme, aux scientifiques de rester sur la Lune pour des missions d’un à deux mois: “Après cet alunissage en 2024, nous développerons une présence prolongée et stratégique au pôle sud lunaire, avec le Camp de base Artemis. Les activités qui se dérouleront au Camp de base Artemis au cours de la prochaine décennie ouvriront la voie à des activités économiques et scientifiques sur la Lune, ainsi qu’à la première mission humaine sur Mars dans les années 2030”, précise le rapport»… 

Daily Issue 379: Bienvenue chez Artemis

Une question très importante: Qui est le plus fort, Batman ou Iron Man? L’astrophysicien Neil deGrasse Tyson a les réponses.