Daily Issue 397: L'âme de la France

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 397: L'âme de la France

Bonjour à tous. C’est vendredi, le 1er mai…le jour de la Fête du Travail, qui a lieu chaque année à cette date, jour férié national et public dans de nombreux pays. En France, c’est une journée pour promouvoir et célébrer les droits des travailleurs dans les rues. C’est aussi l’occasion d’offrir des bouquets de muguets à ses proches, une tradition qui aurait débuté en 1561 lorsque le roi Charles IX a reçu un tel cadeau en guise de porte-bonheur.  Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 397: L'âme de la France

«L’eau» (2015), de Anique Granger. Parce que parfois, il vaut mieux ne pas attendre…  «Tu sais que là-bas, / Tu sais que là-haut, / Au-delà de toi, / Y’a que les oiseaux, / Qui savent où ils s’en vont, / Mais il y a en moi les flots, / Comme la rivière, / Comme le ruisseau, / L’eau qui passe sous les ponts»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 397: L'âme de la France

Faut-il se battre pour la culture française plus que jamais? Une question intrigante. Après tout, l’immatériel est souvent négligé. Mais c’est aussi souvent ce qui ne peut pas être quantifié qui est le plus important. L’homme politique Xavier Bertrand le croit certainement. Il a plaidé jeudi pour un «plan culturel urgent» en cette période de crise dans une tribune du Pointexhortant à acheter des livres, à aller dans les musées et les cinémas, à rouvrir le pays à la production cinématographique et à soutenir les festivals. Pourquoi? Pour preserver «ce qui fait le plaisir d’être français», de se battre pour «l’âme de la France», et s’assurer que tout ce que les Français considèrent comme acquis est encore debout après que la tempête soit passée. Dans ses mots: «Le président de la République a choisi d’utiliser une métaphore guerrière pour qualifier le fléau qui nous frappe. Si nous acceptons cette expression, profitons-en pour nous souvenir d’un homme d’État qui sut conduire et gagner une guerre. Alors que la Grande-Bretagne tenait tête, presque seule, à la puissance militaire nazie, Winston Churchill refusa net toute coupure dans le budget national de la culture en déclarant: “Si on ne se bat pas pour notre culture, alors pourquoi nous battons-nous?” Il en est de même pour nos contemporains. Si, nous, nous nous confinons depuis des semaines, si nous sacrifions une grande partie de nos activités, si le personnel hospitalier se bat, jour après jour, c’est pour sauver des vies et tout ce qui fait qu’une vie mérite d’être vécue. Nous supportons cette épreuve parce que nous trouvons, en nous et à côté de nous, les forces nécessaires qui nous persuadent de la nécessité de ce combat. Nos familles, nos amis et nos proches nous donnent l’énergie de lutter contre le virus, mais ce qui fait le plaisir d’être français, cet art de vivre si particulier qui est le ressort de notre nation, c’est bien la culture, notre culture. Le déploiement de créativité et parfois de drôlerie qui déferle depuis des semaines sur les réseaux sociaux en est l’illustration»… Pensez-vous qu’il a raison? La culture est-elle un domaine sur lequel nous devrions nous concentrer en ce moment?

Daily Issue 397: L'âme de la France

Le gras a-t-il une réputation injustement mauvaise? Même le nom ne sonne pas bien: Le gras, la graisse. Il n’est donc pas étonnant que les gens s’efforcent de l’éviter dans leur nourriture. Ce qui peut être malavisé, selon une experte. D’Europe 1: «Si le gras a mauvaise presse, en réalité, notre corps en a besoin pour de multiples raisons. “On pense toujours que le gras est mauvais et toxique pour notre santé mais on ne soupçonne pas toutes ses qualités“, explique le docteur Laurence Plumey, qui le considère même comme un “organe” à l’image du cœur ou du foie. Tel un organe, le gras joue en effet des rôles divers au sein de notre corps. “Il nous sert de réserves et de stockage d’énergie. Il fabrique aussi des hormones et stocke des polluants. Il communique beaucoup avec le cerveau et régule le comportement alimentaire“, égrène la nutritionniste.  C’est pourquoi n’importe quel humain, qu’il soit en surpoids ou non, possède du gras. “Nous en avons a minima dix kilos chacun mais certaines personnes en ont un peu plus que d’autres“, détaille Laurence Plumey ». Bien sûr, toute la graisse n’est pas créée égale. Il recommande des «bonnes graisses », comme «le gras de l’huile d’olive, du saumon, des sardines et du maquereau», «le cholestérol des œufs» ou encore «le gras des amandes qui est certes calorique mais aussi excellent»…. 

Daily Issue 397: L'âme de la France

A la découverte… d’un nouveau concours musical dans lequel toutes les chansons ont été écrites par l’intelligence artificielle.