Daily Issue 403: Les robots font les courses

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 403: Les robots font les courses

Bonjour à tous. C’est lundi, le 11 mai… Le jour de la naissance, en 1904, de Salvador Dali. Le surréaliste espagnol a étudié à Madrid avant de s’installer à Paris à l’âge de 22 ans, où il s’est inséré dans la scène artistique de Montparnasse pendant les Années folles. C’est là qu’il rencontre sa future épouse, Gala, qui l’a beaucoup aidé au début de sa carrière et deviendra sa muse pour le reste de sa vie. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 403: Les robots font les courses

«Partons vite» (2006), de Kaolin. Parce qu’on aime tous rêver de ce qui pourrait être… «Allez danse, danse, vient dans mes bras, / Allez tourne, tourne, reste avec moi, / Allez partons vite si tu veux bien, dès le jour»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 403: Les robots font les courses

Les robots vont-ils remplacer votre livreur local? Nous avons déjà parlé des drones qui pourraient bientôt livrer votre colis Amazonpoussés par la menace du coronavirus et la préférence croissante pour des mesures socialement distantes. Mais avant que cela ne devienne réalité, il faut peut-être penser plus… petit.  Plus local. C’est ce que fait une petite ville anglaise au nord de Londres. Selon ce reportage vidéo de LCI, la ville de Milton Keynes est en train d’embrasser la révolution robotique, avec des livreurs automatisés qui vont chercher les commandes au supermarché local avant de les livrer aux gens devant chez eux.  C’est vraiment quelque chose de voir ce robot — qui ressemble en fait à une grande glacière blanche à six roues — descendre le trottoir dans le cadre de sa mission, pas tout à fait avec grâce ou en douceur, mais avec une détermination sans faille qui rappelle Wall-E du film Disney. C’est presque mignon. Nombreux sont les éloges à l’égard de ces robots qui travaillent sans relâche, qui ne toussent pas et n’éternuent pas sur les légumes, et qui facilitent la vie de nombreuses personnes dans cette crise. Mais il y a aussi des critiques: Le reportage rapporte que certaines personnes hésitent à voir leurs trottoirs encombrés par des robots qui font bip-bip pour transporter des provisions. Et, bien sûr, ces robots menacent les moyens de subsistance des livreurs (humains). Ce qui renvoie à un thème plus vaste: alors que nous essayons de nous éloigner les uns des autres, physiquement sinon mentalement, y aura-t-il une poussée pour nous remplacer les uns les autres par des versions plus stériles et inoffensives de nous-mêmes? Avec des robots qui se tiennent automatiquement à un mètre de nous, peut-être, ou qui se désinfectent toutes les quelques minutes pour notre confort. Est-ce que ce sera l’avenir aussi longtemps que les germes et les taux de transmission resteront dans nos esprits? Si c’est le cas, est-ce une mauvaise chose? Pourquoi ou pourquoi pas?

Daily Issue 403: Les robots font les courses

La lutte des footballeuses américaines. Ils ont pris le monde d’assaut après avoir remporté la Coupe du monde en 2019, parmi de nombreuses autres victoires.  Mais ils continuent à se battre, comme ils l’ont fait ces quatre dernières années, pour l’égalité des salaires. Une bataille difficile pour les championnes. D’Europe 1: «Les joueuses de football des Etats-Unis qui poursuivent leur fédération en raison de l’inégalité salariale avec les hommes souhaitent être payées plus parce qu’elles gagnent plus de matches, a indiqué vendredi leur porte-parole. Les doubles championnes du monde en titre avaient été déboutées le 1er mai par un tribunal de Los Angeles au motif qu’elles avaient refusé, à une date non précisée, un accord salarial leur permettant de percevoir le même salaire que leurs homologues masculins. Dans un communiqué transmis à l’AFP, leur porte-parole Molly Levinson a expliqué pourquoi un tel accord ne leur aurait pas semblé juste. “Un salaire égal signifie de payer les joueuses à la même hauteur quand elles gagnent un match que ce que reçoivent les hommes“, a-t-elle écrit. “L’argument selon lequel les femmes sont suffisamment payées si elles touchent à peu près le même montant tout en remportant des matches deux fois plus souvent, ce n’est pas un salaire égal“, a-t-elle poursuivi. L’appel a été interjeté vendredi»… 

Daily Issue 403: Les robots font les courses

Parlant du football… Le plus beau stade du monde se trouve à… Marseille!