Daily Issue 412: Le dernier troubadour

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 412: Le dernier troubadour

Bonjour à tous. C’est vendredi, le 22 mai… Le jour de la naissance, en 1924, de Charles Aznavour. Ce Franco-Arménien à la voix de ténor caractéristique et au style souvent mélancolique a été appelé le «Frank Sinatra de la France» et le «dernier et plus grand troubadour du monde» (parmi d’innombrables autres acclamations), avec plus de 1 200 chansons enregistrées au cours de sa carrière. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 412: Le dernier troubadour

«Cette mélodie» (2020), de Navii. Parce que le week-end nécessite de bonnes vibrations…  «Au loin, les néons s’éteignent, j’attends encore, / Sans fin, tes mots m’emprisonnent sans trop d’efforts, / Mes souvenirs me réveillent, mais tu manques à l’appel»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 412: Le dernier troubadour

Quelle est la prochaine étape pour le sport? Entre les stades vides ou les salles fermés, le monde, la culture, et les partisans du sport ont beaucoup souffert de cette pandémie. Qu’il soit professionnel ou amateur, chaque athlète a ressenti l’impact de devoir s’entraîner dans son jardin, ou de la diminution des fonds des sponsors. France Info a interviewé la boxeuse Sarah Ourahmoune, «vice-championne olympique aux Jeux de Rio 2016, et vice-présidente du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), ainsi qu’ambassadrice des Jeux olympiques de Paris 2024», pour lui demander son avis sur la façon dont le sport peut progresser dans le sillage de cette crise… De l’article: «La boxeuse est également coach et entrepreneuse, cette crise ne pouvait que la pousser à réagir. “Je suis à la fois sportive mais je suis aussi dirigeante d’association, explique la vice-championne olympique. Du coup, j’ai un club et on est toujours dans cette nécessité de créer, d’innover ou de faire en sorte d’être indépendant. Et c’est vrai qu’avec cette crise, au-delà du business model, c’est la création de nouveaux services. Alors un peu comme tout le monde, on s‘est mis à faire des cours en live, chose qu’on avait jamais envisagé auparavant“. L’offre en ligne, voilà une solution qui peut répondre à certaines problématiques de société à l’avenir. “Ça répond à un vrai besoin, c’est vrai que j’ai beaucoup donné de cours à une époque réservés aux femmes et très souvent, on me donnait deux raisons pour lesquelles elles n’allaient pas à l’entrainement et elles n’arrivaient pas à faire du sport. La première, c’était la garde des enfants, et la deuxième c’était le temps. Avec le live on peut répondre à ces problématiques parce que le live est enregistré, elles peuvent le faire quand elles veulent“. Une partie de la solution car pratiquer un sport doit aussi être vecteur de lien social précise la championne, et puisqu’on parle de sport au féminin, Sarah Ourahmoune souhaite augmenter la présence des femmes à tous les niveaux: “Il faut que les femmes soient beaucoup plus présentes sur les postes à responsabilité mais pas que, aussi sur le terrain en tant que coach, en tant que directeur technique national (DTN) pour faire en sorte que tous les sujets soient traités“»… Pensez-vous que cela puisse être une opportunité pour le sport de toucher un public plus large? Les cours de boxe ou de course en ligne pourront-ils un jour remplacer l’entraînement en salle?

Daily Issue 412: Le dernier troubadour

L’urine des astronautes, clé des futures colonies? Ce n’est pas très élégant. Mais faute d’un approvisionnement abondant (et bon marché) en eau sur les planètes sur lesquelles l’humanité construit des avant-postes ou des colonies, c’est peut-être la meilleure solution.  D’Ouest France: «Avec quoi construire une future base lunaire? Avec du régolite, bien sûr, cette poussière de roche qui recouvre la surface de la Lune. C’est en tout cas ce qu’imaginent les promoteurs d’In-Situ Resource Utilization: le recours aux ressources lunaires afin de limiter au maximum le très coûteux envoi de matériaux depuis la Terre. Les chercheurs des agences spatiales turbinent pour trouver la meilleure formule permettant de transformer le régolite en béton de bonne qualité. Dont les éléments modulaires pourraient être fabriqués par des imprimantes 3D. Afin de limiter l’apport en eau, denrée assez rare sur la Lune, la clé est de trouver le bon plastifiant, qui rende le régolite souple et malléable, avant de se figer en un matériau robuste. Les chercheurs de l’Advanced Concepts Team de l’Agence spatiale européenne ont testé des plastifiants classiques comme le polycarboxylate ou le naphtalène, mais l’urée est plus performante pour obtenir un matériau compact et de bonne tenue, assurent-ils. Pour Marlies Arnhof, initiatrice et coautrice de l’étude: «L’espoir est que l’urine d’astronaute pourrait être utilisée telle quelle, avec peut-être quelques modifications mineures de la teneur en eau. C’est une approche très pragmatique»… 

Daily Issue 412: Le dernier troubadour

Pourquoi les jeux vidéo « Tony Hawk’s Pro Skater » sont si populaires? Le Monde fait une enquête.