Daily Issue 417: Ma tiny house

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 417: Ma tiny house

Bonjour à tous. C’est lundi, le 1er juin… Le jour où, en 1898, l’Hôtel Ritz à Paris ouvre ses portes (et se remplit rapidement des artistes et aristocrates les plus importants de l’époque). Situé sur la célèbre place Vendôme, il a été fondé par l’hôtelier suisse César Ritz en partenariat avec le chef français Auguste Escoffier, et est toujours l’un des hôtels les plus luxueux et les plus admirés au monde. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 417: Ma tiny house

«Sans le dire» (2016), de Vianney. Parce qu’une rupture laisse beaucoup de choses dans le vide… «Tu dis que tu t’en vas, / Mais je voudrais rester, / Dans l’angle de tes bras, / Et quand tu reviendras, / Est-ce que j’y reviendrai? / Est-ce qu’on se reverra?»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 417: Ma tiny house

Les tiny houses, pas seulement pour les hipsters? Vous les avez probablement vues sur Instagram.  Les petites maisons, ou tiny houses (à l’anglais), dont certaines sont des minuscules cabanes ou des conteneurs de transport reconvertis, sont souvent perçues comme la dernière tendance de ceux qui recherchent un style de vie plus minimaliste, ou tentent de réduire leur empreinte carbone sans dépenser beaucoup d’argent. Un mouvement de niche jusqu’à présent. Mais les petites maisons pourraient-elles devenir une forme de logement «mainstream» pour l’avenir — une forme qui ne semble pas contraignante ou ridicule pour la majorité des gens? Un petit village français tente de le savoir. D’Ouest France: «Les petites maisons sur roues ont fleuri, une à une depuis juillet 2018, sur un grand terrain, à l’arrière de la résidence universitaire Campus d’Armor, à Saint-Brieuc. Le Ty Village, c’est le nom de cette cité champêtre en pleine ville, compte désormais neuf tiny houses. Deux autres vont arriver cet été, et quatre nouvelles d’ici à la fin de l’année. “À terme, vingt et un emplacements sont prévus”, annonce Aurélie Moy, créatrice du Ty Village. Les maisonnettes sont louées à des étudiants ou à des salariés, pour un loyer mensuel compris entre 450€ et 630€ toutes charges comprises (eau, électricité, wifi, gaz, ordures ménagères, garage à vélos) et sont éligibles aux APL (allocation logement). À partir de cet été, les tiny houses inoccupées par les étudiants seront louées aux vacanciers. Cette location saisonnière permet, en complément, d’équilibrer le budget du village. Sa végétalisation est lancée, des espaces communs avec tables de pique-nique et jardin partagé en permaculture sont en cours d’aménagement. Aurélie Moy a voulu créer un village “vertueux, exemplaire et reproductible”. La jeune femme, polytechnicienne et consultante en entreprises engagée dans l’écologie, voit avec satisfaction la concrétisation de son projet d’habitat alternatif en ville. “Il s’agit de montrer qu’on peut faire de l’urbanisme différemment, sans artificialisation des sols, dans le respect de la biodiversité. Pas une goutte de béton n’a été coulée ici. Si les tiny houses s’en vont, la nature reprendra ses droits”, insiste-t-elle»… Pensez-vous que ce village est une bonne idée? Seriez-vous prêt à vivre dans une tiny house? Pourquoi ou pourquoi pas?

Daily Issue 417: Ma tiny house

Le commencement d’une nouvelle ère de vol spatial Ce week-end, une entreprise privée a réussi à transporter pour la première fois des astronautes américains en orbite, ouvrant ainsi la voie à de futures excursions dans l’espace et au-delà. D’Ouest France: «C’est la fin d’un monopole: après le vol du groupe privé américain SpaceX, les Russes ne sont plus les seuls à envoyer des cosmonautes vers la Station spatiale internationale. Les deux astronautes de la Nasa transportés par la capsule de SpaceX sont entrés dimanche dans la station, après un vol de 19 heures. Cette mission est une première depuis l’arrêt, en 2011, des vols de navettes américaines vers l’ISS, qui a laissé aux fusées russes Soyouz, plus sûres et moins chères, l’exclusivité des vols habités. Pendant neuf ans, les pensionnaires de l’ISS sont tous partis du cosmodrome russe de Baïkonour, après avoir suivi des entraînements en Russie et appris la langue de Pouchkine. Bonne joueuse, l’agence spatiale russe Roskosmos a “salué” le décollage de la fusée de SpaceX, son directeur exécutif pour les vols habités, Sergueï Krikaliov, estimant que “le succès de cette mission va nous apporter de nouvelles opportunités”»… 

Daily Issue 417: Ma tiny house

RIP Christo, artiste français emblématique. Du Figaro: «Célèbre pour avoir emballé des grands monuments, comme le Pont-neuf à Paris ou le Reichstag de Berlin, le plasticien est décédé dimanche 31 mai»…