Daily Issue 421: Des rêves de l’espace

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 421: Des rêves de l’espace

Bonjour à tous. C’est vendredi, le 5 juin… Le jour de la naissance, en 1931, de Jacques Demy. Un des grands réalisateurs français de la Nouvelle Vague aux côtés de François Truffaut et de Jean-Luc Godard, il est surtout connu pour ses comédies musicales romantiques, comme Les Parapluies de Cherbourg et Les Demoiselles de Rochefort… Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 421: Des rêves de l’espace

«N’attendons pas» (2020), de Vianney. Parce que il ne faut pas avoir peur de commencer à vraiment vivre… «Je fais de la vie mon drapeau, / Je vois la vie comme un cadeau, / On n’a pas le temps de se lasser, / On n’a pas le temps de se tasser»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 421: Des rêves de l’espace

Le tourisme spatial, seulement pour les riches ou pas? Si vous avez envie de quitter la planète pour un voyage rapide ou même un séjour prolongé, de plus en plus de possibilités s’offrent à vous. Mais elles impliquent toutes, au moins pour l’instant, une somme d’argent considérable. Ce qui n’est pas scandaleux — après tout, l’humanité n’en est encore qu’aux premiers stades de son aventure au-delà de la Terre, et ça coûte toujours quelque chose d’être le premier. Mais la question est de savoir si cela va changer, ou si le tourisme spatial restera inaccessible aux non-milliardaires… D’Europe 1: «3, 2, 1, décollage! Si vous avez toujours rêvé d’entendre ces mots tandis que vous êtes vissé dans une fusée en train de s’arracher du sol, vous avez de quoi vous réjouir: le tourisme spatial est d’actualité. Et si vos finances le permettent, vous pourrez même aller encore plus loin que les deux astronautes américains qui ont rejoint samedi dernier la station spatiale internationale (ISS) à bord de la fusée SpaceX. De la Lune au vol en Zéro-G, ce mercredi dans “L’Équipée sauvage” le consultant scientifique d’Europe 1 Alain Cirou fait le tour des offres déjà ou bientôt disponibles pour vous permettre d’avoir la tête dans les étoiles. Et il y en a pour toutes les bourses»… Par exemple, un vol autour de la Lune, grace à SpaceX, qui serait le «road-trip le plus long de votre vie, la distance entre les deux astres étant en moyenne de 384.400 km, [et] qui vous coûtera “environ entre deux et trois milliards de dollars” par personne». Ou si vous préférez un séjour plus long parmi les étoiles, vous pouvez bientôt rester plus d’une semaine dans un hôtel de la station spatiale internationale, où un «module supplémentaire va bientôt être construit dans cette optique et ressemblera à une “sorte de gros cocon avec de grandes fenêtres sur la Terre“»… pour seulement 55 millions de dollars (et six mois d’entraînement)! Il existe des vols suborbitaux et des vols zéro-g qui sont (un peu) plus agréables pour le portefeuille, à respectivement 250 000 et 6 000 euros. Et il existe encore une autre option pour ceux qui veulent vraiment aller dans l’espace. De l’article: «Dernière possibilité: que la chance soit avec vous! Un Suisse a récemment proposé d’organiser une grande cagnotte pour un vol suborbital. L’inscription coûte 100 francs suisse, soit environ 92 euros, et vous permet d’avoir une chance d’être parmi les cinq personnes sélectionnées pour le voyage. Mais la concurrence va être rude puisque ce trajet ne pourra être organisé qu’à partir de 25.000 cotisants»… Voulez-vous aller dans l’espace? Pensez-vous que le tourisme spatial deviendra plus accessible au fil des ans? À quoi ressemblera-t-il dans 20 ans?

Daily Issue 421: Des rêves de l’espace

Comment notre cerveau protège nos rêves. De quoi avez-vous rêvé la nuit dernière? Si vous avez eu une activité subconsciente vive, des visions et des sensations qui vous ont transporté ailleurs, vous pouvez remercier votre cerveau de vous avoir aidé à vous assurer que rien ne l’a interrompu. D’Ouest France: «Tout le monde rêve, même lorsque l’on ne s’en souvient pas. Les songes sont même essentiels “pour digérer les émotions, pour la créativité, pour éclairer des situations que l’on a eu du mal à comprendre dans la vie réelle”, selon Matthieu Koroma, doctorant au Laboratoire de Sciences cognitives et psycholinguistique et coauteur d’une étude publiée mi-mai dans la revue Current Biology. Les sons influencent notre sommeil. Toutefois, certains sons extérieurs ne sont pas intégrés dans les rêves. Comment le cerveau peut-il distinguer l’activité extérieure et le rêve? Les chercheurs CNRS de l’École normale supérieure et de l’Université PSL ont mis en évidence un mécanisme qui permet de supprimer uniquement les activités extérieures qui ont “du sens” pour le rêveur. “C’est spécifique au rêve”, constate Matthieu Koroma. “Le cerveau est capable d’identifier différents types d’informations et de se protéger activement de celles pouvant interférer avec le rêve”. Lorsque l’on dort chez soi notamment, on connaît bien son environnement donc on coupe d’autant plus facilement par rapport au monde extérieur»… 

Daily Issue 421: Des rêves de l’espace

Parlant de l’espace… Ne vous attendez pas à des douches ou des sandwiches si vous y allez. D’Ouest France: Cinq choses étonnantes que les astronautes ne peuvent pas faire à bord de l’ISS.