Daily Issue 427: L’école à la maison

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 427: L’école à la maison

Bonjour à tous. C’est lundi, le 15 juin… Le jour de la naissance, en 1594, du peintre français Nicolas Poussin. L’un des plus grands maîtres du style baroque français classique, il a passé la plus grande partie de sa vie professionnelle à Rome, n’y revenant que brièvement  — un peu plus d’un an — pour servir comme Premier Peintre du Roi (et du cardinal Richelieu), un rôle qu’il n’aimait pas du tout… Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 427: L’école à la maison

«Combustible» (2018), de Cœur de Pirate. Parce qu’il y a ceux qui sont des étoiles filantes…  «On s’est rencontrés, j’étais plutôt fragile, / Les étoiles s’enlisaient dans la forme de nos yeux, / J’étais bien usée, de mensonges fabuleux, / Et tu m’as enlevée des profondeurs, des creux»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 427: L’école à la maison

L’école à la maison, la nouvelle tendance inattendue après le confinement? Pour les parents du monde entier, les fermetures d’écoles à cause du coronavirus a signifié que les enfants restent à la maison toute la journée, ce qui pose des difficultés à ceux qui doivent concilier une vie professionnelle chargée ou — tout simplement — l’imprévisibilité d’être responsables de l’éducation et des activités quotidiennes de leurs enfants. Mais d’autres embrassent cette nouvelle normalité et ne veulent pas qu’elle s’arrête. En France, par exemple, de plus en plus de parents envisagent de ne pas renvoyer leurs enfants à l’école (lorsqu’elle rouvrira). De L’Express (article payant): «Ces parents-là ne pestent pas contre les problèmes de maths alambiqués, les listes à rallonge d’exercices de grammaire, les dictées bourrées de pièges. Pour cette petite minorité, l’école à la maison n’est pas un casse-tête, ni un pensum. Au contraire. Ils ont tellement pris goût à cette expérience qu’ils envisagent d’opter pour l’instruction à domicile à la rentrée prochaine. “Environ 5% des familles que je reçois dans mon cabinet réfléchissent à cette solution, indique Anne Gramond, pédopsychiatre à Nîmes. Elles ont apprécié de pouvoir, enfin, ralentir leur course quotidienne effrénée, entre la peur de rater l’ouverture des classes, la corvée des devoirs à faire le soir, la pression de l’horaire du coucher à respecter. Lorsqu’ils ont compris qu’ils arrivaient à très bien gérer eux-mêmes le suivi scolaire de leur enfant, la balance s’est mise à pencher fortement.” Quelque 25 000 jeunes français ont déjà troqué leur bureau d’écolier contre celui de leur chambre ou la table du salon – soit 0,3% des 8,1 millions d’enfants et d’adolescents âgés de 6 à 16 ans. Deux fois plus qu’il y a dix ans. Certes, on est encore loin des 3,4% d’élèves américains adeptes du homeschooling, mais la crise sanitaire pourrait accélérer la tendance»… Pensez-vous que, tout comme beaucoup continueront à travailler à distance au lieu de se rendre au bureau, l’école à la maison deviendra plus populaire? Quelles sont vos expériences personnelles à ce sujet?

Daily Issue 427: L’école à la maison

Quand il pleut… du plastique. Si vous êtes dehors et que vous ne voulez pas vous mouiller quand il pleut, vous ouvrez un parapluie ou vous mettez un imperméable. Mais pour la Terre, ce n’est évidemment pas si simple. Surtout quand il n’y a pas que de l’eau qui tombe du ciel… Du Point: «C’est une étude accablante et alarmante pour la situation environnementale. Selon un rapport publié ce vendredi par la revue Science et repéré par le New York Times, les particules de plastique sont présentes partout sur la planète. Dans leur étude intitulée “Pluie de plastique dans les zones protégées des États-Unis”, ils ont en effet pu découvrir que 1 000 tonnes de particules de plastique arrivaient chaque année dans les parcs nationaux et les zones naturelles du pays. Les chercheurs ont été surpris par l’ampleur de leurs découvertes dans des espaces qu’ils estimaient protégés. Ils ont même recommencé les calculs à plusieurs reprisescraignant d’avoir fait une erreur. Mais, la réalité est pourtant là. Leurs relevés ont été réalisés dans 11 parcs et espaces naturels nationaux des États-Unis. Et, à chaque fois, ces tonnes de particules sont présentes. Une situation qui semble indépendante de la météo»…

Daily Issue 427: L’école à la maison

Il est temps de faire un examen de conscience. Et pas seulement pour les Américains. De L’Express: De Bordeaux à Nantes, la délicate acceptation de l’histoire de l’esclavage en France…