Daily Issue 437: Tout avec modération

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 437: Tout avec modération

Bonjour à tous. C’est lundi, le 29 juin… Le jour de la naissance, en 1900, d’Antoine de Saint-Exupéry. Connu aujourd’hui pour avoir écrit Le Petit Prince, l’un des livres les plus vendus et les plus traduits de tous les temps, cet aristocrate est devenu célèbre en France en tant qu’aviateur pionnier avant la Seconde Guerre mondiale. Il a disparu lors d’une mission de reconnaissance aérienne en 1944. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 437: Tout avec modération

«Jamais à genoux» (2015), de Kendji Girac. Parce que vous êtes plus fort qu’ils ne le savent…  «Ils voulaient que j’abandonne, / Mais ils sont fous, / Ma mère a fait de moi un homme, / Le monde est à nous, / Ils voulaient que j’abandonne, / Je suis debout»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 437: Tout avec modération

Les réseaux sociaux devraient-ils être plus responsables avec les contenus sur leurs plateformes? La modération sur Internet peut être une pente glissante. La Toile devrait être ouverte à tous, et lorsqu’il y a des contenus qui vont à l’encontre de cette philosophie, ils devraient être supprimés et condamnés. Mais à quel moment cela se transforme-t-il en censure? Faut-il s’en inquiéter? Dans le cas de Facebook, il semble que le géant social ait été en fait un peu trop laissez-faire sur la modération… D’Ouest France: «Les publicités incitant à la haineMieux régulées. Les messages problématiques? Mieux signalés. En apparence timides, ces nouvelles mesures annoncées vendredi 26 juin signalent que Facebook n’avait plus d’autre choix que de céder face aux pressions pour une modération plus stricte des contenus. Mark Zuckerberg, le patron du réseau social planétaire, défend depuis des mois son approche a priori plus laxiste que Twitter ou YouTube, notamment vis-à-vis des discours des personnalités politiques, au nom de la liberté d’expression. Mais vendredi il a lui-même détaillé le durcissement de sa position. La plateforme retirera désormais les publicités qui affirment que les personnes de certaines origines, ethnies, nationalités, genre ou orientation sexuelle représentent une menace pour la sécurité ou la santé des autres. Cette décision intervient alors que Unilever, le géant de l’agroalimentaire et des cosmétiques, vient de mettre un terme à ses publicités sur Facebook, Twitter et Instagram aux États-Unis, au moins jusqu’à la fin de l’année. Coca-Cola, l’une des marques les plus connues au monde qui dépense des sommes colossales en publicité, a aussi annoncé vendredi soir qu’elle suspendait pendant au moins 30 jours toute promotion sur tous les réseaux sociaux, exigeant qu’ils fassent preuve de plus de “transparence et de responsabilité”, notamment sur la question du racisme»…. Souhaitez-vous voir plus de modération en général sur l’Internet? Dans quelle mesure est-ce le rôle des plateformes de régir ce qui se dit en ligne?

Daily Issue 437: Tout avec modération

Parlant de l’Internet… Avoir accès à la connaissance du monde au bout des doigts est une chose étonnante. Mais vous savez ce qui est encore mieux? Des centaines d’émissions de télévision et de films disponibles en streaming quand vous le souhaitez! D’Ouest France: «Le champion du streaming Netflix restait en 2019 le premier fournisseur de données sur le réseau internet français et creuse l’écart avec les autres géants des contenus, avant même la période de confinement, selon un rapport du régulateur des télécoms publié jeudi par l’Arcep. La plateforme représentait l’année dernière environ 23% du trafic à destination des quatre principaux opérateurs français (FAI), devant Google (15%), le distributeur de contenus Akamai et Facebook (tous deux à moins de 10%), présente le rapport sur l’État d’internet en France. 55% du trafic total provient désormais de ces 4 fournisseurs, tous gros diffuseurs de flux vidéos, contre 53% en 2018. Ceci indique une concentration de plus en plus nette du trafic entre un petit nombre d’acteurs dont la position sur le marché des contenus est renforcée, explique l’Arcep, qui dit rester vigilante sur l’évolution de ces gigantesques échanges de données»…

Daily Issue 437: Tout avec modération

Le célèbre logo «I love NY» est entré dans la culture pop (et dans le cœur de chaque touriste). Son créateur vient de nous quitter.