Daily Issue 444: Moins souvent, plus longtemps

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 444: Moins souvent, plus longtemps

Bonjour à tous. C’est mercredi, le 8 juillet… Le jour de la naissance, en 1621, de Jean de La Fontaine. L’un des poètes français les plus lus du XVIIe siècle, il est surtout connu aujourd’hui pour ses Fables, des petites histoires avec des animaux anthropomorphisés et des leçons de morale, très influencées par la tradition ésopique. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 444: Moins souvent, plus longtemps

«Tombé du ciel» (1988), de Jacques Higelin. Parce que nous sommes tous tombés une ou deux fois dans notre vie…  «Tombé du ciel à travers les nuages, / Quel heureux présage pour un aiguilleur du ciel, / Tombé du lit fauché en plein rêve, / Frappé par le glaive de la sonnerie du réveil»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 444: Moins souvent, plus longtemps

Faudrait-il «réserver le voyage à des expériences rares»? Ce qui aurait pris des semaines ou des mois de préparation il n’y a pas si longtemps peut maintenant être fait en un clic en ligne. Les voyages sont devenus très faciles à faire, du moins en théorie, et c’est un concept presque omniprésent dans la société actuelle. Tout le monde est un touriste. Est-ce une bonne chose ou non? Le sociologue Rodolphe Christin a de nombreuses idées sur le sujet qu’il a exposées dans un entretien au Monde. A la question,  «En quoi le tourisme s’est-il selon vous dévoyé il a répondu:  «Un processus nous a fait passer du tourisme social, qui avait une dimension d’élévation de soi par la découverte d’autres horizons, au tourisme comme acte de consommation de masse. Cette logique a transformé des lieux touristiques en galeries commerciales. De l’hédonisme du déplacement, nous avons été convertis à une logique de consommation tous azimuts. La transformation du tourisme en prestation de service tue l’exotisme, provoque un aménagement du territoire extrêmement serré, si bien que cela rend les lieux touristiques invivables pour les autochtones: hausse du coût de la vie, nuisances durant la haute saison, etc. (…)   Le marketing fait qu’il est très difficile d’échapper aux mailles du tourisme. Le voyage, dans les années 1970, était une contre-culture. Aujourd’hui, le départ en vacances est la norme du comportement le plus standard possible. Le cliché de l’exotisme apparaît partout, jusque sur votre écran d’ordinateur lorsque vous l’allumez »…  Selon le sociologue, il faudrait donc «voyager beaucoup moins. Partir moins souvent, plus longtemps. Réserver les temps de voyage à des expériences rares. C’est parce qu’un voyage ne revient pas souvent qu’il va vous chambouler et revêtir une dimension initiatique. Le voyage commence sur le pas de sa porte. L’itinéraire devrait en être partie prenante; or, avec le tourisme, le trajet est le plus aseptisé possible, pour alléger la charge mentale et physique liée au déplacement»… Êtes-vous d’accord avec ses pensées? Pensez-vous que nos idées sur le tourisme et les voyages doivent changer? Pourquoi?

Daily Issue 444: Moins souvent, plus longtemps

La consolidation du marché de la livraison de nourriture. Avez-vous commandé plus de livraisons ces jours-ci auprès des restaurants? Sans avoir à quitter votre domicile, c’est une option de plus en plus populaire — et des applications comme Uber Eats et Doordash rendent cela plus facile que jamais (même s’ils en tirent un plus grand profit que ce que certains restaurants peuvent aimer). Il semble que les principaux acteurs du marché s’efforcent tous de consolider leur position en cette période d’opportunités.  De Reuters France: «Uber Technologies a confirmé lundi avoir conclu un accord pour acquérir l’application de livraison de nourriture Postmates Inc pour 2,65 milliards de dollars (2,35 milliards d’euros). L’opération, qui sera soumise à l’approbation des autorités de tutelle, permettra à Uber de contrôler environ 30% du marché américain de la livraison de denrées alimentaires, ce qui place la firme en deuxième position derrière son seul rival, DoorDash, qui en détient 45%, selon les analystes de Second Measure. Les conseils d’administration des deux sociétés ont donné le feu vert à l’opération, qui se fera entièrement en actions»… Il y a quelques semaines à peine, une entreprise européenne a acheté Grubhub, une autre plateforme de livraison de nourriture, pour la somme faramineuse de 7,3 milliards de dollars…

Daily Issue 444: Moins souvent, plus longtemps

À la découverte… de l’un des stades de foot les «plus incroyables au monde», aux îles Lofoten.