Daily Issue 452: Supersonique

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 452: Supersonique

Bonjour à tous. C’est lundi, le 20 juillet… Le jour où, en 1969, deux astronautes américains, Neil Armstrong et Buzz Aldrin, sont devenus les premiers humains à se poser sur la Lune. Sous les yeux du monde entier, Armstrong a fameusement déclaré, «C’est un petit pas pour l’homme, un bond de géant pour l’humanité»…  Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 452: Supersonique

«Depuis samedi» (2020), de Janie. Parce que parfois, il faut juste le chanter sur les toits… «Il y a cette petite mélodie, / Que chante mon coeur depuis samedi, / Depuis que sur ton cheval blanc, / Je t’ai vu cavalé en prince charmant»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 452: Supersonique

Verrons-nous un jour un successeur à la Concorde? De 1976 à 2003, il était possible d’acheter un billet et de prendre un vol supersonique pour se rendre à destination. Bien sûr, le billet coûtait des milliers de dollars de plus qu’un vol normal, mais le Concorde était bien plus qu’un vol normal — c’était une expérience de luxe. Elle s’est finalement révélée non soutenable et problématique à trop d’égards. Mais vingt ans plus tard, les améliorations technologiques auront-elles ouvert la voie à son retour?  De L’Express: «Alors que la France s’apprête à célébrer le triste anniversaire de l’accident de Concorde au-dessus de Gonesse (le 25 juillet 2000), le monde aéronautique attend toujours un successeur au “bel oiseau blanc”. En vingt ans, les projets d’avion civil supersonique se sont multipliés – ceux d’EADS, de Spike Aerospace, de Gulfstream Aerospace, ou celui d’Aerion qui, crise du Covid-19 oblige, a pris du plomb dans l’aile, son partenaire Boeing s’étant désengagé, ou encore celui de l’agence spatiale américaine (Nasa) associée à Lockheed Martin. “Ces derniers développent le projet X-59, le plus ambitieux puisqu’il consiste à réduire le ‘bang’ supersonique à un niveau acceptable pour les populations survolées“, explique Gérald Carrier, ingénieur à l’Office national d’études et de recherches aérospatiales (Onera). Ce bruit si caractéristique a coûté sa carrière au Concorde outre-Atlantique, où il était interdit de vol. Ce verrou sauterait donc grâce au X-59, qui devrait décoller l’année prochaine. Mais ce dernier pourrait être battu sur le fil par l’appareil d’une autre société américaine, Boom, basée à Denver, au choix radicalement différent: mettre au point un avion qui volerait à mach 2,2 (2300 kilomètres à l’heure) uniquement au-dessus des mers. Baptisé Overture, il aura une capacité d’emport de 55 à 70 passagers et un rayon d’action de 8300 kilomètres. Ce qui mettrait New York à trois heures et demie de Londres!» Pensez-vous qu’un avion de ligne supersonique va revenir à la mode? Seriez-vous prêt à payer un supplément pour voler dans un tel avion? Pourquoi ou pourquoi pas?

Daily Issue 452: Supersonique

Bientôt une marée noire au Yémen? Si rien n’est fait, ce serait une catastrophe environnementale qui pourrait faire des ravages dans une population déjà en crise humanitaire. Du Monde: «Le temps est compté pour éviter la formation d’une marée noire autour du pétrolier Safer, qui s’est retrouvé bloqué par la guerre au Yémen dès 2015 au large des côtes d’un territoire contrôlé par les rebelles houthistes, avec à son bord 1,14 million de barils de brut. Si des fuites se confirmaient, le pays et la région tout entière expérimenteraient une dramatique marée noire. Le tanker appartenait au gouvernement yéménite et servait à entreposer le brut acheminé par un pipeline sous-marin, mais il a été saisi par les houthistes. Aucune opération de maintenance n’a pu être réalisée depuis cinq ans. Or “c’est un vaisseau avec une coque simple, immobilisé sous une température élevée, et dans une eau très salée. Les risques de corrosion sont forts”, explique John Ratcliffe, responsable Moyen-Orient du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (Office for the Coordination of Humanitarian Affairs − OCHA). Sans compter que le bâtiment, vieux de quarante-quatre ans, aurait dû cesser d’être exploité il y a deux décennies»… 

Daily Issue 452: Supersonique

Vous voulez écrire en hiéroglyphes? Maintenant, vous pouvez