Daily Issue 454: Elles sont invisibles

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 454: Elles sont invisibles

Bonjour à tous. C’est mercredi, le 22 juillet… Le jour, en 1894, de ce qui a été décrit comme la première course automobile sur route au monde, entre Paris et Rouen.  Organisée par le journal Le Petit Journal, plus de vingt machines à pétrole ou à vapeur ont participé au concours, avec le véhicule gagnant ayant une vitesse moyenne de 17 km/h! Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 454: Elles sont invisibles

«La rumeur» (2020), de Calogero. Parce que ces jours-ci, elle est partout…  «Elle passe d’un bruit qui court en une des kiosques, / Elle peut faire passer ton père pour un tox, / Court et court et elle prend de l’ampleur, / Elle tourne autour de toi, la rumeur»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 454: Elles sont invisibles

La France a-t-elle un problème avec l’âge des femmes? Le monde entier s’est longtemps tourné vers les femmes françaises pour s’inspirer de leur beauté et de leur style. Pour des conseils sur la façon de se faire belle sans effort et sans maquillage, ou sur la façon de porter un simple jean bleu, ou encore sur la façon de vieillir avec grâce. Vieillir avec grâce… mais, ironie du sort, le pays a-t-il depuis longtemps l’habitude honteuse de rejeter ses femmes une fois qu’elles ont atteint un certain âge? Pour Esther Malka et une vingtaine d’autres Parisiennes qui ont signé une lettre ouverte dans le Huffington Post, la réponse est oui…  De l’article: «Que vaut une société qui invisibilise une partie de ses forces vives? Que vaut une société où les décisions économiques engageant des vies humaines sont encore entre les mains d’une caste d’hommes jouant les équilibristes à seule fin de rétablir les comptes publics en oubliant la souffrance de certaines exclusions? N’y a-t-il pas un autre chemin que celui déjà emprunté cent fois qui, pour conjurer l’effet d’une crise terrassant notre économie, privilégie les uns et sacrifie les autres? En France, en 2020, 828.000 femmes de plus de 50 ans n’ont pas d’emploi et peu de perspectives d’en retrouver dans ce contexte de crise. En France, en 2020, l’espérance de vie d’une femme de plus de 50 ans est de 86 ans. Faisons ce simple calcul, cela veut dire que, si rien n’est fait, 828.000 femmes de plus de 50 ans vont passer les 30 ou 40 prochaines années de leur vie –soit jusqu’à parfois la moitié de leur vie- à vivoter dans une précarité discrète (54% des femmes sont concernées par le minimum contributif de 702,50 euros), en attendant que l’aventure se termine. Quelle vie! (…)  En France, elles sont invisibles, au mieux on les considère comme des mamans qui doivent s’effacer derrière les plus jeunes et se tenir discrètement dans l’ombre des entreprises assez généreuses pour les garder. Dans les magazines, où une évolution sensible est à noter depuis peu, le reflet convenu de la femme est celui d’une femme “jeune et fraîche”. Comme dans la tête des hommes qui nous recrutent, nous emploient ou nous licencient. Alors qu’une femme de plus de 50 ans est une image floue, une réalité indiscernable, un avenir improbable»… Que pensez-vous de ce problème? Comment un changement de perception peut-il se produire pour que les femmes de tous âges soient traitées de manière égale?

Daily Issue 454: Elles sont invisibles

Bientôt plus d’ours polaires? C’est une espèce emblématique, représentative des régions les plus éloignées et les plus froides de notre monde. Mais bientôt, ils disparaîtront — peut-être pour toujours… D’Europe 1: «Si les émissions de gaz à effet de serre continuent à augmenter, le réchauffement climatique pourrait signer la quasi extinction des ours polaires d’ici à la fin du siècle. C’est la conclusion d’une étude publiée lundi dans Nature Climate Change. Des chercheurs se sont penchés sur la plus grande menace qui pèse aujourd’hui sur les ours blancs: la disparition progressive de leur habitat, la banquise, d’où ils attrapent les phoques indispensables à leur alimentation. Le carnivore, qui vit dans les régions arctiques où la température peut descendre jusqu’à -40°C en hiver, peut jeûner pendant des mois, notamment pendant la période estivale où la banquise fond chaque année. Mais avec le réchauffement de la planète, deux fois plus rapide en Arctique, l’absence de glace dure de plus en plus longtemps. Incapables de trouver dans leur environnement une autre alimentation aussi riche que les phoques, de plus en plus d’ours affamés s’aventurent déjà parfois loin de leur territoire, près de zones habitées»…

Daily Issue 454: Elles sont invisibles

Connaissez-vous… Aya Nakamura, la chanteuse française «la plus populaire auprès des utilisateurs de Spotify du monde entier»?