Daily Issue 461: Inception

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 461: Inception

Bonjour à tous. C’est vendredi, le 31 juillet… Le jour où, en 1777, un aristocrate français de 19 ans, le marquis de Lafayette, accepte une commission en tant que major-général dans l’armée continentale de George Washington — sans salaire! Bien que sa jeunesse ait d’abord mis les Américains mal à l’aise, sa volonté d’offrir ses services et son engagement pour la cause révolutionnaire ont rapidement gagné leur respect. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 461: Inception

«À Paris» (1952), de Yves Montand. Parce que dans la ville de l’amour, les moments durent toute une vie… «À Paris, / Quand un amour fleurit, / Ça fait pendant des semaines, / Deux cœurs qui se sourient, / Tout ça parce qu’ils s’aiment, / À Paris»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 461: Inception

Et si nous manipulions les rêves pour améliorer la créativité? Les rêves sont l’un des mystères persistants de l’humanité. Que signifient ces rêves? Pourquoi se produisent-ils? D’où viennent-ils? De nombreuses questions restent sans réponse. Mais cela ne veut pas dire que nous n’avons pas commencé à développer des moyens d’influencer l’activité de nos cerveaux pendant notre sommeil…  D’Ouest France: «La réalité aurait-elle rejoint la fiction? Si en 2010, le film de science-fiction Inception mettait en scène un braquage se déroulant dans des rêves fabriqués de toutes pièces, la science rattrape, un peu, son retard. Selon la revue spécialisée américaine Consciousness and Cognition, des chercheurs du célèbre Massachussetts institute of technology de Boston (MIT) ont mis au point Dormio, un appareil capable d’influencer le contenu des rêves de n’importe qui. Créée par le Dream Lab, une petite équipe de chercheurs menée par Adam Haar Horowitz, le Dormio est une sorte de gant équipé d’un bracelet et de capteurs qui mesurent l’activité cardiaque et musculaire de son porteur. Il est capable de détecter et d’étendre la durée de l’état hypnagogique. C’est l’instant intermédiaire entre lucidité et sommeil profond, lorsque les pensées se détachent de la réalité pour s’associer et bâtir les rêves à venir. Plus simplement dit, il s’agit de la phase d’endormissement. Pour de nombreux scientifiques, l’hypnagogie serait la clé de la créativité. Cette phase est la porte d’entrée idéale pour influer sur les rêves. “Dans ce projet, nous explorons les moyens d’augmenter la créativité humaine en prolongeant, influençant et capturant les rêves dans le sommeil de la phase 1”, explique au site d’information Numerama Adam Horowitz. (…)  Si cette technologie de modifications des rêves n’en est qu’à ses balbutiements, ses créateurs sont clairs quant à sa finalité: améliorer la créativité ou l’apprentissage du plus grand nombre. Toutefois, on ne peut s’empêcher de penser qu’une telle technologie, aussi attirante soit-elle, peut aiguiser bien des appétits et être utilisée à des fins beaucoup moins philanthropiques. La littérature de science-fiction étant passée par là, ce type d’innovations pourrait aussi être mal utilisées, par exemple par les industries militaires»… Cela vous inquiète-t-il? Pensez-vous que le monde des rêves devrait être laissé en paix, ou est-il bon de le manipuler? Pourquoi?

Daily Issue 461: Inception

La fin du Jumbo Jet. Plus gros n’est pas toujours mieux… surtout quand il s’agit de l’industrie aérienne, dévastée par la pandémie qui a changé partout l’opinion des gens sur le voyage en avion. D’Ouest France: «Lancé en 1970, le “Jumbo Jet” de Boeing peut transporter plus de 600 passagers dans certaines configurations. Mais une telle capacité et la consommation de carburant qu’elle implique, le rendaient moins rentable pour des sociétés frappées par la chute du transport aérien depuis le début de la pandémie de coronavirus. “Étant donné la dynamique actuelle du marché et des perspectives, nous arrêterons la production de l’emblématique 747 en 2022”, a indiqué le directeur général de l’avionneur David Calhoun dans un message adressé aux employés. “Notre engagement auprès de nos clients ne s’arrête pas à la livraison, et nous continuerons à soutenir la maintenance du 747 pendant encore longtemps”, a-t-il ajouté. L’avion, dont 1 571 exemplaires ont été commandés au total, avait déjà quasiment cessé de voler aux États-Unis lorsque la compagnie américaine Delta l’avait retiré de sa flotte de transport de passagers en 2017. Mais le 747 a vu sa lente agonie s’accélérer avec la pandémie de coronavirus qui a poussé plusieurs compagnies dont Qantas, British Airways et Lufthansa à annoncer récemment qu’elles allaient s’en séparer»…

Daily Issue 461: Inception

À la découverte… de la vie à Malmö, «ville modèle de l’écologie à la suédoise»…