Daily Issue 470: Pétrifiés par les méduses

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 470: Pétrifiés par les méduses

Bonjour à tous. C’est jeudi, le 13 août…  Le jour de la mort, en 1863, d’Eugène Delacroix. L’artiste est considéré comme la figure de proue du mouvement romantique français qui s’est détaché de la tradition néoclassique et a inspiré les impressionnistes. Selon Baudelaire, «Delacroix était passionnément amoureux de la passion, mais froidement déterminé à l’exprimer aussi clairement que possible»… Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 470: Pétrifiés par les méduses

«Tu me laisseras» (2017), de Vitaa. Parce que parfois, vous le savez dans votre coeur…  «Je l’ai su quand tu m’as fait la cour, / Je le sais depuis le premier jour, / Tu me laisseras, / Tu me laisseras, / Ma peine en vaut tous les détours, / On connait la fin mais le cœur est sourd»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 470: Pétrifiés par les méduses

L’utilisation de la reconnaissance faciale, peut-elle être pour de bon? Vous marchez dans une rue sous le regard d’une caméra de sécurité. En supposant que vous ne fassiez rien d’illégal, ce n’est peut-être pas une raison particulière de s’inquiéter… Mais si cette caméra traquait votre visage et entrait des données dans un registre de la police? Seriez-vous toujours aussi nonchalant en ce qui concerne votre vie privée?  D’Ouest France: «La Cour d’appel de Londres devait se prononcer, ce mardi 11 août, sur la plainte du militant pour les droits civiques Ed Bridges, qui reproche à la police galloise d’utiliser depuis 2017 une technologie de reconnaissance faciale selon lui discriminatoire et contraire aux lois sur la protection de la vie privée. L’homme de 37 ans s’était vu scanner le visage à Cardiff à deux reprises – lorsqu’il faisait ses courses de Noël en 2017 puis lors d’une manifestation en 2018 – par la technologie de reconnaissance faciale automatique AFR Locate. Grâce à des caméras de surveillance signalées, ce système scanne les visages dans la foule et les compare avec les photos d’une “liste de surveillance”, qui peut inclure suspects, personnes disparues ou présentant un intérêt. Après avoir été débouté plusieurs fois, le plaignant a obtenu gain de cause, les juges estimant que l’utilisation de la reconnaissance faciale n’était pas suffisamment encadrée, sans remettre en cause en soi le recours à la technologie. “Trop (de choses) sont laissées à l’appréciation de chaque officier de police”, ont considéré les juges, soulignant qu’il n’existait pas d’indications claires sur les endroits où cette technologie pouvait être utilisée par la police et sur qui pouvait être mis sur la “liste de surveillance”. Ils ont reproché à la police galloise de ne pas avoir fait tout son possible pour vérifier que le logiciel ne présentait pas de biais racistes ou sexistes, et de ne pas avoir correctement évalué l’impact de cette technologie sur la protection des données»… Que pensez-vous de cette décision? Pensez-vous que l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale peut être une bonne chose? Quand et pourquoi?

Daily Issue 470: Pétrifiés par les méduses

Vers une invasion mondiale de méduses? La Terre (et les animaux qui l’habitent) aura un aspect très différent dans une centaine d’années. Et les océans pourraient non seulement devenir plus chauds et plus sales, mais aussi plus remplis d’une espèce particulière…  D’Ouest France: «Entre 500 000 et un million d’espèces végétales et animales seraient menacées d’extinction dans les décennies à venir, selon l’Organisation des Nations unies (Onu). La pollution, la disparition des habitats naturels, le réchauffement des océans, cumulés à d’autres conséquences du changement climatique, entraînent une baisse des populations animales à un rythme sans précédent. Paradoxalement, des créatures tirent profite de cette alarmante situation: les méduses. Elles ne craignent pas le changement climatique: “Si le courant les y pousse, elles sont capables de vivre dans des eaux très polluées avec de faibles teneurs en oxygène, qui font fuir les poissons et provoquent la mort des organismes marins fixés au sol”, expliquait récemment dans Les Échos Delphine Thibault, enseignante-chercheuse à l’université d’Aix-Marseille»… 

Daily Issue 470: Pétrifiés par les méduses

C’est jeudi… l’heure d’un quiz! Et en parlant de la Terre…  D’Ouest France: Êtes-vous incollable sur la nature?