Daily Issue 489: Un canard enchaîné

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 489: Un canard enchaîné

Bonjour à tous. C’est jeudi, le 10 septembre…  Le jour où, en 1915, Le Canard Enchaîné publie son premier numéro. Le célèbre journal satirique consacré au journalisme d’investigation sur le gouvernement et la politique française — et beaucoup de blagues — fondé pendant la Première Guerre mondiale, est resté financièrement indépendant depuis lors, grâce à ses fidèles lecteurs… Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 489: Un canard enchaîné

«Pas peur» (2020), de L.E.J. Parce que c’est toute une question de perspective… «J’ai pas peur de l’orage, pas peur des fantômes et des monstres, / Pas peur d’une rage de dents, j’ai pas peur de la fin du monde, / J’ai pas peur des bombes, de la peine maximale»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 489: Un canard enchaîné

La diversité et l’inclusion aux Oscars, une bonne cause?Malgré les progrès réalisés ces dernières années, l’industrie cinématographique aux États-Unis est encore très peu diversifiée. Un fait qui se reflète naturellement aux Oscars, la prestigieuse cérémonie de remise des prix qui, chaque année, décerne des statuettes aux acteurs, réalisateurs et scénaristes qui sont en très grande majorité… blancs et masculins. Cela pourrait bientôt changer…  Du Huffington Post: «Ces dernières années, la diversité et l’inclusion sont devenus de véritables enjeux dans l’industrie du cinéma, en particulier pour les Oscars. Dans le cadre de l’initiative “Academy Aperture 2025”, l’Académie des Oscars a annoncé de nouvelles règles de représentation et d’inclusion pour les candidats à la catégorie Meilleur Film. À partir de 2024, pour la 96e cérémonie des Oscars, les productions candidates dans cette catégorie reine devront atteindre un seuil d’inclusion en remplissant au moins deux des quatre nouveaux critères de diversité, rapporte Variety.  Pour l’heure, toutes les autres catégories des Oscars conserveront leurs critères d’éligibilité actuels. Toutefois les longs métrages d’animation, les documentaires et les films internationaux qui soumettent leur candidature pour le meilleur film seront traités séparément. Depuis un certain nombre d’années, l’Académie s’efforce de proposer des films présentant une grande diversité d’acteurs, de réalisateurs et d’artisans techniques. En 2016, alors qu’aucune personne de couleur n’avait été nommée parmi les 20 acteurs candidats aux Oscars, Cheryl Boone Isaacs, qui était alors présidente de l’Académie, avait pris une décision historique en s’engageant à doubler le nombre de femmes et de personnes d’origines et d’ethnies diversifiées d’ici 2020, ce qu’elle a bel et bien réalisé. Le président actuel de l’Académie, David Rubin, et la directrice générale Dawn Hudson, ont déclaré dans une déclaration commune: “L’ouverture doit s’élargir pour refléter la diversité de notre population mondiale, tant dans la création de films que dans le public qui les regarde. L’Académie s’est engagée à jouer un rôle essentiel pour aider à faire de cet objectif une réalité” »… Pensez-vous que ces nouveaux critères d’éligibilité sont une bonne initiative? Encouragera-t-elle un changement systématique à Hollywood ou est-ce simplement une façon de paraître plus progressiste? Pourquoi?

Daily Issue 489: Un canard enchaîné

Le déclin alarmant de la biodiversité. Ce n’est pas un secret… mais il est toujours choquant de lire les chiffres sur la perte d’espèces animales au cours des dernières décennies. Du Journal de Montréal: «Le monde a perdu plus des deux tiers de ses populations d’animaux sauvages en moins de 50 ans, principalement à cause de l’activité humaine, a averti jeudi le Fonds mondial pour la nature (WWF), qui pointe les dangers de cet effondrement pour l’avenir de l’humanité. Entre 1970 et 2016, 68% de cette faune sauvage a disparu, selon l’Indice planète vivante, outil de référence publié tous les deux ans par le WWF. La cause principale est la destruction d’habitats naturels, notamment pour l’agriculture, une tendance qui risque de favoriser de nouvelles pandémies du type COVID-19 en mettant en contact humains et animaux, ce qui favorise la transmission de virus d’espèce à espèce. Cet indice, compilé en coopération avec la Société zoologique de Londres, prend en compte environ 4000 espèces de vertébrés, répartis en quelque 21 000 populations d’animaux à travers le monde. Il enregistre une nouvelle accélération de la chute de biodiversité, qui s’établissait à 60% lors du dernier rapport en 2018 (période 1970/2014)»…

Daily Issue 489: Un canard enchaîné

Connaissez-vous… la «surprenante histoire des noms de ces sept marques célèbres»?