Daily Issue 490: Une mêlée  générale

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 490: Une mêlée  générale

Bonjour à tous. C’est vendredi, le 11 septembre… Le jour où, en 1951, Florence Chadwick atteint les côtes françaises après avoir nagé pendant 16 heures depuis Douvres, en Angleterre! Ayant déjà nagé dans l’autre sens un mois plus tôt, cet exploit fait de l’Américaine la première femme à traverser la Manche à la nage dans les deux sens… Voici les News in French d’aujourd’hui… Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 490: Une mêlée  générale

«Tout ce qu’on veut dans la vie» (2020), de Louis Chedid. Parce que l’amour est la seule chose dont vous avez vraiment besoin…  «Un baiser, rien qu’un seul, / Aussi léger soit-il, / A peine le poids d’une feuille, / La caresse d’un cil, / Écouter battre son coeur, / Et mourir de bonheur»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 490: Une mêlée  générale

Est-il temps d’établir des réglementations pour les ressources extraterrestres? L’espace, et tout ce qui s’y trouve, n’a jamais été aussi à la portée de l’humanité. Après tout, nous vivons à une époque où des entreprises privées comme SpaceX construisent des fusées sur lesquelles même les agences spatiales nationales, comme la NASA, comptent. Qui sait qui sera la prochaine personne à se poser sur la lune? Et y a-t-il quelque chose qui empêche cette personne de revendiquer ses ressources? Pas vraiment, il semble…  Du Huffington Post: «L’agence spatiale américaine a lancé jeudi un appel d’offres inédit: elle veut payer des entreprises pour aller prélever des échantillons de roches lunaires et les rapporter sur Terre. “La Nasa cherche à acheter du sol lunaire à des fournisseurs commerciaux!” a tweeté l’administrateur de la Nasa, Jim Bridenstine. Les Etats-Unis entendent être leader pour l’exploitation des ressources, notamment minières, se trouvant dans le sol ou le sous-sol des astéroïdes et de la Lune, une politique encouragée notamment par un décret du président Donald Trump en avril dernier, malgré une absence de consensus international et de jurisprudence sur la meilleure façon de gérer et partager les ressources extraterrestres, les grands traités spatiaux étant vagues sur la question. Les sociétés sont appelées à présenter leurs propositions pour collecter un “petit” échantillon de pierres lunaires ou de régolithe, la sorte de sable ou de poussières qui recouvrent la surface de la Lune, n’importe où sur l’astre. Se produira alors un transfert de propriété pour la Nasa, qui en deviendrait le “seul” propriétaire. 80% du montant du contrat sera versé à la livraison des échantillons. C’est un nouveau modèle économique choisi de plus en plus par l’agence spatiale, qui consiste à ne plus assumer la totalité des coûts de développement et d’opérations d’une mission, mais à attribuer des contrats de service à des sociétés spatiales privées, comme elle l’a fait avec succès avec SpaceX, qui emporte désormais cargo et astronautes vers la Station spatiale internationale»… Pensez-vous que des règles claires doivent être établies en ce qui concerne les ressources au-delà de la Terre? L’espace va-t-il devenir une mêlée générale?

Daily Issue 490: Une mêlée  générale

Le passeport le plus puissant du monde… appartient à un pays plutôt modeste, connu pour sa neutralité et ses gaufres (et ses frites, et son chocolat, et ses moules)…  Du Point: «Le Covid-19 change la donne. L’an dernier, la Belgique se situait au 6e rang des pays disposant des passeports les plus “puissants” du monde, à savoir ceux donnant l’accès au plus grand nombre de pays. Selon le nouveau classement annuel dévoilé par le Henley Passport Index, nos voisins sont désormais en tête. Les Belges peuvent se rendre librement (sans visa ou bien avec un visa à l’arrivée) dans 124 pays, relate Capital. Il en est de même pour l’Allemagne, l’Autriche, le Luxembourg, la Suisse et l’Irlande. Les résidents de ces pays doivent néanmoins demander un visa pour se rendre dans 74 autres destinations. Le passeport français, quant à lui, figure parmi les deuxièmes pays les plus puissants, avec la Suède, la Finlande, l’Italie, l’Espagne, le Japon et la Nouvelle-Zélande. Ces passeports permettent de se rendre dans 123 pays (sans visas ou avec un visa à l’arrivée). Les Français peuvent également aller dans 75 autres pays en obtenant un visa préalable»… 

Daily Issue 490: Une mêlée  générale

La baguette… bientôt inscrite au patrimoine mondial?