Daily Issue 505: Résilience

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 505: Résilience

Bonjour à tous. C’est vendredi, le 2 octobre… Le jour où, en 1958, la Guinée déclare son indépendance. L’ancienne colonie française était la seule de l’Afrique de l’Ouest à rejeter totalement le contrôle néocolonial (et l’appartenance à la Communauté française), ce qui a détérioré ses relations avec la France. Elle est rapidement devenue un champ de bataille proxy pendant la guerre froide… Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 505: Résilience

«Si tu disais» (2000), de Françoiz Breut. Parce que parfois, il suffirait de si peu…  «Si tu disais: “On y va!” / Si tu disais: “J’en ai tellement marre d’être ici”, / Je t’écouterais, crois-moi, / Je n’hésiterais pas»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 505: Résilience

Qu’est-ce qui rend une personne plus résiliente que les autres?  La newsletter d’hierabordé l’impact psychologique du coronavirus et les différentes façons dont la pandémie a affecté notre santé mentale. Mais il semble toujours que certaines personnes ne font que repousser la défaite, ou les jours sombres. Certaines personnes se remettent tout simplement debout après avoir été terrassées. La résilience est une chose puissante — pourquoi certaines personnes l’ont-elles alors que d’autres non? Selon le psychiatre Gérard Lopez, interviewé par Europe 1: «Oui, il y a des personnes qui rebondissent plus facilement que les autres. Cela dépend de multiples facteurs comme le caractère, la personnalité de l’individu. Par exemple, la personne égocentrique, égoïste, est, par définition, moins sensible aux évènements extérieurs et a tendance à se relever plus facilement. Une personne qui a un sens de l’humour développé pourra aussi en théorie plus aisément dépasser son traumatisme. Mais ce sont d’abord et surtout les facteurs externes qui vont jouer sur la capacité d’un individu à se relever. De manière générale, une personne élevée dans un climat de sécurité avec des parents soutenants, résistera mieux à l’adversité. Celle qui a subi des traumatismes répétés durant son enfance aura plus de difficulté à aller de l’avant quand une nouvelle épreuve survient». Lorsqu’on lui demande si la «clé pour surmonter un traumatisme» est d’être «entouré», le psychiatre répond par l’affirmative, disant: «Oui, un individu soutenu par un proche, un psychologue, un ami, un membre de la famille, un professeur ou une association s’en sortira toujours mieux que s’il est isolé. Le lien social est un facteur de résilience tout comme le fait d’être reconnu par la justice, être écouté par un psychologue ou un psychiatre mais aussi par ses proches quand c’est possible»… Pensez-vous que vous êtes résilient? Trouvez-vous que c’est une qualité sous-estimée? Pourquoi ou pourquoi pas?

Daily Issue 505: Résilience

Des secouristes… en jet packs? Imaginez que vous êtes en randonnée isolée et que vous avez besoin de soins médicaux. Au lieu d’attendre un hélicoptère ou des sauveteurs à pied… l’aide arrivera avec un jet pack? Ce pourrait être «la différence entre la vie et la mort»… D’Ouest France: «En cas de malaise, de fracture ou d’accident, les pompiers viendront-ils à l’avenir vous sauver en jet-pack, ce propulseur à réaction qui permet à un homme de voler? C’est en tout cas ce qu’est en train de tester le Royaume-Uni dans une région reculée de l’Angleterre. Comme le rapporte la BBC, un premier vol d’essai a eu lieu ce 25 septembre dans une région montagneuse du nord du pays: le Lake District. Et cette première expérience s’annonce prometteuse. Concrètement, un secouriste enfile une combinaison équipée d’un jet-pack en quelques dizaines secondes à peine. Avec deux moteurs à chaque bras et un dans le dos, il n’a plus qu’à se laisser porter et à se diriger en bougeant les mains. Aucun permis particulier n’est exigé pour pouvoir utiliser le jet-pack mais des entraînements pour les secouristes sont prévus. (…) Le Great North Air Ambulance Service (GNAAS), service d’urgence aérien à but non-lucratif du nord de la région, explique que dans certaines zones difficiles d’accès, là où il fallait auparavant près de 25 à 30 minutes à pied, cela ne prendra plus que 90 secondes à un secouriste en jet-pack pour arriver sur les lieux d’un accident»…  

Daily Issue 505: Résilience

À la découverte… de toilettes qui ont coûté 23 millions de dollars!