Daily Issue 506: Vers la lumière

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 506: Vers la lumière

Bonjour à tous. C’est lundi, le 5 octobre…  Le jour de la naissance, en 1713, de Denis Diderot, philosophe et figure marquante du Siècle des Lumières. Il est mieux connu pour avoir créé l’Encyclopédie, la première somme de connaissances de ce type qui, en raison de sa nature laïque et interrogative, a été interdite à la fois par l’Église catholique et par le gouvernement français… Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 506: Vers la lumière

«Tu seras la dernière» (2020), de Boulevard des Airs avec Lola Dubini. Parce qu’aucun homme n’est une île… «T’étais là déjà pour mes premiers pas, / T’étais là déjà dans la famille avant moi, / T’as vu mes premières fois, tu m’as vu grandir, / Mes premiers chagrins, mes premiers mots pour le dire»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 506: Vers la lumière

La ville sera-t-elle toujours un objet de désir pour l’humanité? L’un des grands changements sociétaux dont on a beaucoup parlé au début de l’année, avec la pandémie de COVID-19, a été «l’exode urbain» qui s’est produit pendant le confinement du printemps. Les gens ont réalisé qu’ils préféraient être mis en quarantaine dans une maison à la campagne avec un joli jardin plutôt que dans un minuscule appartement au milieu de la ville.  Mais malgré le sentiment croissant contre la vie urbaine, elle est inévitable. Et les villes ont toujours joué un rôle crucial, bien que compliqué, dans l’existence de l’humanité… De L’Express: «Aujourd’hui, la population urbaine mondiale augmente de 200 000 personnes chaque jour. Et il en sera de même demain, après-demain, et ainsi de suite. En 2050, les deux tiers de l’humanité vivront en ville. Il s’agit probablement de la plus grande migration de l’histoire des hommes, le point culminant d’un processus engagé voilà plus de six mille ans et qui fera des humains, à la fin du siècle, une “espèce urbaine“. C’est autour de cette réalité que Ben Wilson, essayiste et journaliste britannique, auteur de plusieurs best-sellers, a bâti son nouveau livre, Metropolis.  Pourtant, avec la pandémie, la ville a démontré sa fragilité. Elle est un vecteur de propagation des maladies, depuis longtemps: un quart de la population de Londres décimée par la grande peste de 1665-1666, 8000 morts du choléra à Hambourg en 1892, et l’on pourrait multiplier les exemples. À cause du Covid-19, il a fallu confiner les urbains, ce qui a donné aux villes l’apparence de cités fantômes, désertées par les hommes, et rendues à la nature et aux animaux.  Mais, pour Ben Wilson, cela ne remettra pas en question ce vaste et puissant mouvement vers la ville, qui fait que des centaines de millions d’individus sur cette planète s’entassent dans des bidonvilles plutôt que de rester vivre dans leurs villages (55% de la population de la ville indienne de Mumbai réside dans un habitat “informel”). En réalité, depuis que se sont créées les premières colonies urbaines, dans la Mésopotamie des années 4000 avant Jésus-Christ, la ville a toujours été un formidable carrefour d’échange d’informations, d’interactions entre les êtres humains, qui ont produit des idées, des innovations, des technologies nouvelles et des révolutions qui ont structuré l’Histoire. Les villes ont exercé une influence globale sur le monde comme Lübeck à l’époque de la Hanse, Lisbonne au XVIe siècle, Amsterdam au XVIIe, Paris au siècle des Lumières, Londres au XIXe siècle, et peut-être Shanghai aujourd’hui. Pourtant, explique Ben Wilson, les mégalopoles créent aussi de la misère et du désespoir»… Votre opinion sur les villes a-t-elle changé au cours des derniers mois? Quel rôle continueront-elles à jouer dans l’avenir de l’humanité? Pourquoi?

Daily Issue 506: Vers la lumière

La huitième merveille du monde? Un trésor russe «inestimable», recherché depuis des décennies, a peut-être été découvert caché dans les profondeurs de la mer Baltique. D’Ouest France: «C’est une énigme de 75 ans qui pourrait enfin être résolue. Selon le quotidien britannique The Guardian, des plongeurs polonais auraient retrouvé, au fond de la mer Baltique, l’épave d’un navire allemand de la Seconde Guerre mondiale. Selon ces plongeurs, ce navire, coulé en avril 1945 par les Soviétiques, pourrait renfermer les précieux lambris sculptés de la célèbre Chambre d’ambre, convoitée par les chasseurs de trésors et surnommée “la huitième merveille du monde”. Offerte par le roi de Prusse Frédéric-Guillaume Ier au tsar de Russie Pierre le Grand en 1716, installée durant deux siècles au palais Catherine près de Saint-Pétersbourg, puis démontée et volée par les Allemands en 1941, elle était considérée comme perdue depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. C’est à 88 mètres de profondeur, au large des côtes polonaises, que l’incroyable découverte a été faite. Après des mois de recherche, des plongeurs du groupe de plongée Baltictech, qui recense et étudie les épaves de la mer Baltique, ont fini par repérer l’épave d’un navire nazi qui avait participé, en 1945, à l’une des plus grandes évacuations maritimes de l’histoire (l’opération Hannibal)»… 

Daily Issue 506: Vers la lumière

RIP Kenzo Takada, le «premier styliste japonais à s’être imposé à Paris» et une légende du monde de la mode.