Daily Issue 511: Le bout du tunnel

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 511: Le bout du tunnel

Bonjour à tous. C’est lundi, le 12 octobre… Le jour où, en 1799, l’aérostier Jeanne Geneviève Garnerin devient la première personne à monter en solo dans un ballon et la première femme à faire une descente en parachute (en utilisant la nacelle). Son mari a inventé le même parachute et a été nommé «Aéronaute officiel de la France». Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 511: Le bout du tunnel

«Si on s’aime» (2020), de Aloïse Sauvage. Parce qu’un peu, ça va loin…  «Et tu ne décroches plus, / Ça m’écorche, / Je m’efforce de rester forte, / À l’appart’ esseulée, / Tu m’as laissé  sonnée»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 511: Le bout du tunnel

Comment mieux soutenir nos infirmières et nos médecins? Ils apparaissent partout dans le monde, sur les réseaux sociaux autant que sur les affiches au bord de la route: Des messages de remerciement et de soutien aux professionnels de la santé et à tous ceux qui travaillent en première ligne dans la guerre contre le COVID-19. Mais même les sentiments chaleureux ont des limites. Que pouvons-nous faire pour mieux soutenir les infirmières et les médecins qui travaillent sans relâche depuis le printemps et qui ne voient pas la fin en vue? En France, une nouvelle consultation révèle l’ampleur du mécontentement dans les hôpitaux… D’Ouest France: «Ils n’en peuvent plus. Une consultation, lancée par l’Ordre national des Infirmiers auprès de 60 000 soignants du 2 au 7 octobre, et révélée dimanche 11 octobre par Le Parisien, révèle un mal-être croissant dans la profession, qui n’a qu’empiré avec la crise du coronavirus. À tel point que 40% des personnes interrogées envisagent désormais de rendre leur tablier. “Ce chiffre est important, voilà pourquoi on lance l’alerte”, prévient le président de l’Ordre national des infirmiers, Patrick Chamboredon. “On observe un mal-être croissant en à peine six mois”. Alors que l’épidémie repart à la hausse dans le monde entier et que la France fait face à une deuxième vague – près de 27 000 cas de contaminations ont été enregistrés samedi 10 octobre, un record – l’enquête a de quoi inquiéter. Près de deux tiers des soignants déclarent que leurs conditions de travail se sont détériorées: manque de reconnaissance, salaires trop bas, charge de travail trop importante… La liste des doléances ne cesse de s’allonger. Autres chiffres révélés par cette consultation: un soignant sur cinq n’a pas pris de vacances depuis mars et certains pourraient même encore en être privés. Dans la capitale, les hôpitaux leur demandent de renoncer aux vacances de la Toussaint, pour faire face au rebond épidémique. “Ne pas voir le bout du tunnel, lorsqu’on est en première ligne, c’est très compliqué”, explique Patrick Chamboredon. “Tout le monde se pose la même question: quand est-ce que ça va s’arrêter?” Une incertitude encore plus lourde pour les soignants. Selon la consultation, 57% d’entre eux se trouvent désormais en burn-out»… Cela vous surprend-il? Selon vous, que peut-on faire pour soutenir les professionnels de la santé?

Daily Issue 511: Le bout du tunnel

Le prix Nobel de la paix… a été annoncé juste avant le week-end, et remis à une organisation bien connue qui lutte contre la faim dans le monde. Un défi qui n’a été qu’exacerbé par la pandémie de cette année. Du Monde: «Le prix Nobel de la paix a été décerné, vendredi 9 octobre, au Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies. Le PAM est récompensé pour “ses efforts de lutte contre la faim, pour sa contribution à l’amélioration des conditions de paix dans les zones touchées par les conflits et pour avoir joué un rôle moteur dans les efforts visant à empêcher l’utilisation de la faim comme arme de guerre”, a déclaré la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen. Un porte-parole de l’ONU a fait part d’un “moment de fierté”. Le Programme alimentaire mondial (PAM) est “très honoré” d’avoir reçu le prix Nobel de la paix vendredi, a déclaré son directeur exécutif, l’Américain David Beasley: “C’est une formidable reconnaissance de l’engagement de la famille PAM qui œuvre chaque jour à éradiquer la faim dans plus de 80 pays”. (…) C’est la douzième fois que le prix de la paix consacre les Nations unies, une de ses agences ou une personnalité qui y est liée. Le comité Nobel norvégien a fait valoir que le besoin de solutions multilatérales était “plus visible que jamais”»…

Daily Issue 511: Le bout du tunnel

Une victoire… pour les amoureux du drapeau breton!