Daily Issue 513: La vache qui rit

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 513: La vache qui rit

Bonjour à tous. C’est mercredi, le 14 octobre… Le jour, en 1066, de la bataille d’Hastings, où le roi anglais Harold II a été vaincu par les forces normandes de Guillaume le Conquérant. Bien que les Normands soient originaires des envahisseurs vikings, ils parlaient français, ce que est devenu la langue de la cour d’Angleterre et, mêlé à la langue anglo-saxonne, a donné naissance à l’anglais moderne! Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 513: La vache qui rit

«Derrière le brouillard» (2020), de Grand Corps Malade avec Louane. Parce que tout ce que nous avons, ce sont nos voix… «Il n’y a pas d’recette, pour supporter les épreuves, / Remonter les cours des fleuves, quand les tragédies pleuvent, / Il n’y a pas de recette, pour encaisser les drames, / Franchir les mers à la rame, quand le rêve te fait du charme»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 513: La vache qui rit

Mangeriez-vous du fromage fabriqué sans lait?  Si vous ne vouliez pas — ou ne pouviez pas — manger de produits laitiers, vous deviez autrefois renoncer à certaines choses. Le fromage aurait été en tête de liste. Mais aujourd’hui, avec des consommateurs aux goûts et aux préférences plus variés, tout devient possible. Et tout comme vous pouvez croquer dans un hamburger juteux sans jamais goûter une vache, le fromage fabriqué sans lait prend de l’ampleur… D’Ouest France: «Le groupe Bel, fabricant des fromages en portion La Vache qui rit, Kiri, Babybel et Boursin, entend “rééquilibrer” son portefeuille en développant des propositions sans lait, moins émettrices de gaz à effet de serre, a-t-il annoncé mardi 13 octobre 2020. “On sait que les protéines animales sont gourmandes en termes de CO2” alors “on végétalise nos gammes”, a déclaré à l’AFP le PDG Antoine Fiévet, en marge d’une conférence de presse. Depuis sa fondation en 1865 dans le Jura, l’entreprise est devenue un acteur majeur de la transformation laitière, distribué dans plus de 120 pays. Le groupe s’est diversifié depuis l’acquisition en 2016 du spécialiste des compotes Mont Blanc Materne (MOM: marques Pom’Potes, GoGo squeeZ, Materne et Mont Blanc). Un Boursin 100% végétal – à base de matières grasses issues de la noix de coco et du colza – sera vendu à compter de la fin du mois aux États-Unis sur la plateforme Amazon Fresh, avant d’être étendu au reste des distributeurs américains, a rapporté Cécile Béliot, directrice générale adjointe du groupe. Une date de commercialisation n’est pas arrêtée pour la France. Par ailleurs, “un projet de Mini Babybel Végétal devrait voir le jour l’année prochaine aux États-Unis”. Bel prépare aussi “le lancement d’une nouvelle marque internationale dédiée 100% végétale à venir dans les prochains mois”. Bel ne compte pas pour autant réduire sa collecte de lait (plus de 2 600 producteurs dans le monde, 2 milliards de litres par an), a-t-il assuré. Pour Antoine Fiévet, il ne s’agit pas d’opposer les produits laitiers à ceux d’origine végétale mais de “construire le meilleur des deux mondes” au moment où les consommateurs sont appelés à “réduire la part de l’animal au profit du végétal” pour des raisons nutritionnelles et de protection de la planète»… Si ce n’est pas déjà fait, renonceriez-vous aux produits laitiers pour le bien de la planète? Voudriez-vous encore manger des alternatives au fromage comme celle-ci? Pourquoi (pas)?

Daily Issue 513: La vache qui rit

La deuxième meilleure grande ville du monde? Non, ce n’est pas New York, Londres ou Paris — elles ne figurent même pas sur cette liste, ce qui pourrait influencer votre prochain voyage en France… Du Point: «Pour un grand voyageur désireux de poser ses valises dans une métropole de France, Lyon serait, à en croire le classement du Condé Nast Traveler, le meilleur choix. Les quelque 715 000 lecteurs du magazine ont placé la cité rhodanienne en deuxième position des meilleures grandes villes du monde, rapporte Le Progrès.  Elle se place derrière Kyoto, au Japon, mais devance toutefois Singapour, Sydney (Australie), Tokyo (Japon) ou encore Helsinki (Finlande). Pour les votants, qui participaient au Condé Nast Traveler Reader’s Choice, Lyon offre “une atmosphère plus intime que la Ville Lumière (Paris)” et une “architecture époustouflante”. “Les gagnants représentent le meilleur des meilleurs pour notre public et offrent de nombreuses sources d’inspiration pour la planification de nos voyages”, a détaillé Jesse Ashlock, rédacteur en chef du Condé Nast Traveler»…

Daily Issue 513: La vache qui rit

Comment apprendre aux chiens à détecter le Covid-19? Ouest France a la réponse…