Daily Issue 518: Le revers de la médaille

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 518: Le revers de la médaille

Bonjour à tous. C’est mercredi, le 21 octobre… Le jour de la naissance, en 1922, de Liliane Bettencourt. Au moment de sa mort en 2017, cette héritière et socialite était la femme la plus riche du monde — et la 14ème personne la plus riche — grâce au fait d’être l’un des principaux actionnaires de L’Oréal, la plus grande société de cosmétiques au monde! Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 518: Le revers de la médaille

«On verra bien» (2020), d’Amir. Parce que la vie, elle est faite tous les jours…  «Si l’on rit parfois jusqu’aux larmes, / C’est que bien souvent, le bien se trouve dans le malheur, / Si on hésite, c’est qu’on a le choix, / J’suis certain qu’on n’est sûr de rien»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 518: Le revers de la médaille

La noix de coco, pas si bonne après tout? Chaque action a des conséquences… même si elles s’étalent sur de longues périodes, d’un continent à l’autre. C’est particulièrement vrai pour les choses apparemment anodines comme les aliments sains qui font fureur de nos jours. Par exemple, il n’y a pas grand chose à dire de mal sur l’intégration des amandes et des avocats dans votre régime, mais ils font partie des cultures les plus assoiffées et peuvent avoir de graves répercussions sur l’environnement dans lequel ils sont cultivés — sans parler de l’empreinte carbone de leur transport vers les supermarchés. Maintenant, nous pouvons ajouter la noix de coco à la liste des choses que nous ne devrions peut-être pas embrasser avec autant d’enthousiasme…  Du Huffington Post: «Au cours de la dernière décennie, la modeste noix de coco a connu un formidable essor dans le monde occidental. Elle est passée du statut de fruit tropical exotique, limité aux desserts et à l’occasionnelle piña colada, à celui d’aliment de base incontournable du garde-manger, sous nombre de formes différentes: huile, eau, lait, crème, sucre, farineflocons, chips et autres produits à base de coco… En pleine croissance, l’industrie du bien-être n’a eu de cesse d’encourager les consommateurs à utiliser toujours plus de produits à base de noix de coco. L’huile de coco, par exemple, a été vantée pour ses propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et même pour ses effets brûle-graisse. Mais le revers de la médaille de cette demande accrue pour la noix de coco est la menace qu’elle représente pour l’environnement et les salaires misérables que perçoivent les agriculteurs. Alors que les écologistes encouragent les gens à manger localement et durablement en minimisant leur empreinte carbone, il n’y a rien de local, voire de continental, dans la consommation de noix de coco aux États-Unis et en Europe, qui en sont les plus grands importateurs.  (…) Selon un rapport publié par Allied Market Research, l’industrie mondiale des produits à base de noix de coco était estimée à 12,75 milliards de dollars en 2019 et devrait atteindre 31,1 milliards de dollars d’ici 2026. La demande pour la noix de coco dans les pays développés met à rude épreuve la production naturelle et durable des agriculteurs de ces pays en développement [Ndlr: les Philippines, l’Indonésie et l’Inde]. Les conséquences sont désastreuses. Pour accroître la rentabilité de leur exploitation, de nombreux cultivateurs de noix de coco pratiquent la “monoculture”, c’est-à-dire qu’ils ne font pousser qu’une seule culture sur la même terre, année après année. Le problème est que cette pratique finit par épuiser les éléments nutritifs du sol, ce qui oblige alors les agriculteurs à utiliser des engrais chimiques, qui s’avèrent nocifs pour l’environnement. Pour répondre au nouvel enthousiasme de l’Occident pour les produits à base de noix de coco, les principaux producteurs ont cédé d’énormes superficies à cette monoculture, menant à une agriculture intensive à base de produits chimiques et ruinant la biodiversité des terres sur lesquelles les cocotiers sont plantés»… Aimez-vous ou utilisez-vous régulièrement la noix de coco? Cela vous fait-il changer d’avis? Pourquoi (pas)?

Daily Issue 518: Le revers de la médaille

La voiture la plus rapide du monde. Attention… clignez des yeux et vous risquez de la manquer! Et ce n’est pas même pas une hyperbole. Du Huffington Post: «Le constructeur français Bugatti n’a plus la palme de la voiture de série plus rapide de tous les temps. Son record de vitesse, avec une pointe enregistrée à 490 km/h en 2019, a été battu par la supercar américaine SSC Tuatara, le 10 octobre. Le bolide américain a parcouru une portion de route du Nevada, aux Etats-Unis, avec une pointe de vitesse à 532,7 km/h (et un peu plus de 508 km/h de moyenne). C’est le pilote britannique Oliver Webb qui était au volant. Comme le souligne Le Progrès, “sa production doit se limiter à cent exemplaires et chacun d’entre eux coûtera environ 1,3 million d’euros”. Autant dire qu’il y a peu de chances pour que la SSC Tuatara se fasse flasher par un radar près de chez vous. Pour atteindre des pics de vitesse aussi impressionnants, la SSC Tuatara roule à l’éthanol E85. La voiture dispose d’un moteur V8 biturbo arrière de 5,9 litres développant 1750 chevaux»…

Daily Issue 518: Le revers de la médaille

Savez-vous… quelle est la série préférée des Français ces 30 dernières années? Un indice: l’hiver arrive…