Daily Issue 519: Paisiblement fou

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 519: Paisiblement fou

Bonjour à tous. C’est jeudi, le 22 octobre…  Le jour de la naissance, en 1943, de Catherine Deneuve, l’une des actrices françaises les plus célèbres. Bien qu’elle soit reconnue pour ses rôles dans des films par des réalisateurs tels que Luis Buñuel et François Truffaut, elle a aussi été choisie comme le visage officiel de Marianne en 1985. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 519: Paisiblement fou

«Paisiblement fou» (2020), de Julie Zenatti. Parce qu’un peu de perspective est toujours la bienvenue…  «L’amour rend fou trois jours et s’en va, / Au quatrième, si t’es encore dans l’coin, / Alors on pourra s’dire qu’on vaut plus que ça, / Il sera paisiblement fou, notre quotidien»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 519: Paisiblement fou

La nourriture en poudre, l’alimentation de demain? Même si vous ne vous considérez pas comme un chef et ne passez généralement pas trop de temps dans la cuisine, pensant à la prochaine chose à mettre dans votre estomac, à un certain niveau, ce que vous mangez est important pour vous. Il y a des aliments qui vous font du bien, qui vous rendent heureux, que vous désirez ardemment à certains moments… Après tout, manger est un plaisir fondamental. Comment vous en sortiriez-vous donc si tout ce que vous aviez à manger était une poudre fade? (Oui, il existe déjà des substituts de repas qui sont plus que légèrement dystopiques, mais heureusement, ils ne sont pas obligatoires…)  Du Huffington Post: «Et si votre bon steak et votre assiette de légumes se transformaient en une poudre blanche et insipide à l’avenir? C’est le scénario inquiétant qu’a imaginé le réalisateur américain Jonathan Nossiter dans son film “Last Words” qui sort ce mercredi 21 octobre au cinéma. Dans un monde ravagé par une pandémie mondiale (qui n’est pas le Covid-19, le film ayant été tourné avant), où il n’y a plus de courant ni d’eau potable, les derniers survivants sont condamnés à manger cette poudre sans saveur pour subvenir à leurs besoins. À cause de l’action de l’homme et des crises climatiques, manger n’est plus devenu qu’un besoin vital; et plus un moment de plaisir pour Shakespeare (Nick Nolte) et Kal (Kalipha Touray, un jeune réfugié gambien), les protagonistes aux côtés de Batlk (Charlotte Rampling). À l’occasion du 46e festival de Deauville, où le film était en compétition en septembre dernier, le HuffPost a fait converser le réalisateur et Philippe Desbrosses l’un des pionniers de l’agriculture biologique en Europe. Ils ont échangé sur cette crise alimentaire imaginée dans cette dystopie qui — d’après eux — pourrait bien nous arriver… “Quand j’ai pensé à la nourriture en poudre dans mon film (…) je me suis dit que quelque part quand les gens vont au supermarché pour acheter de la viande et des légumes ils sont déjà en train de manger l’équivalent nutritionnel d’une poudre industrielle: on est déjà en train de manger la mort”, explique le réalisateur dont le film était initialement en lice pour la Palme d’Or en mai dernier, avant que la pandémie mondiale contraigne le Festival de Cannes à annuler sa 73e édition»… Que pensez-vous des opinions du réalisateur? Pensez-vous qu’une telle poudre — ou la disparition de la nourriture telle que nous la connaissons — est dans notre avenir? Pourquoi (pas)?

Daily Issue 519: Paisiblement fou

La sombre vérité derrière notre obsession du chocolat. La newsletter d’hierabordé les conséquences des actions — pour être plus précis, les conséquences environnementales de la forte demande de… noix de coco. Il s’avère qu’il y a un auteur d’injustices encore pire: le chocolat.  De Slate France: «Il y a presque vingt ans, en 2001, les plus grandes marques de chocolat, parmi lesquelles Nestlé, Mars et Hershey, signaient un accord dans lequel elles s’engageaient à éliminer le travail des enfants sur les plantations de cacao. Malheureusement, un nouveau rapport révèle que des formes dangereuses de travail des enfants persistent au sein de leurs chaînes logistiques. Cette nouvelle étude réalisée par l’Université de Chicago indique que plus des deux cinquièmes (43%) des enfants âgés entre 5 et 17 ans qui vivent au Ghana et en Côte d’Ivoire, les plus grands producteurs de cacao au monde, sont engagés dans des travaux périlleux. Cela consiste, entre autres, à utiliser des outils tranchants, à travailler la nuit ou à être exposé à des produits chimiques et dangereux. Au total, on estime que 1,5 million d’enfants travailleraient pour la production de cacao à travers le monde. La moitié d’entre eux grandissent au Ghana ou en Côte d’Ivoire. Le récent rapport, commandé par le département du Travail des États-Unis, note que la proportion globale d’enfants travaillant dans le monde a grimpé de quatorze points de pourcentage cette dernière décennie. Parallèlement à cette augmentation, on remarque une hausse de 62% de la production de cacao sur cette même période»… 

Daily Issue 519: Paisiblement fou

C’est jeudi… l’heure d’un quiz! Et un qui révélera vraiment à quel point vous êtes francophile… D’Ouest FranceÊtes-vous fort en histoire de France?