Daily Issue 526: La liberté d’expression

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 526: La liberté d’expression

Bonjour à tous. C’est lundi, le 2 novembre… Le jour de la naissance, en 1837, de l’illustrateur Émile Bayard. Il a publié ses premières caricatures à l’âge de 15 ans, puis a illustré l’actualité pour des magazines. Avec l’essor de la photographie, il s’est orienté vers les livres, dont Les Misérables de Victor Hugo. Sa représentation de Cosette reste l’une des œuvres d’art emblématiques de l’histoire. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 526: La liberté d’expression

«Fever» (2020), de Dua Lipa avec Angèle. Parce que la maladie d’amour est une chose réelle… «Peut-être qu’avec du temps, ça partira, / Et pourtant, et pourtant, et pourtant, je ne m’y vois pas, / Comme un médicament, moi je suis rien sans toi»..,. Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 526: La liberté d’expression

La liberté d’expression a-t-elle vraiment ses limites? Pouvoir dire ce que l’on veut, sans crainte de représailles de la part du gouvernement ou d’autres parties, est une chose merveilleuse. Par exemple, aux États-Unis, le fait de pouvoir critiquer notre président ou notre société, même de manière grossière, est en fin de compte révélateur des remarquables libertés dont disposent les Américains — même si nous le tenons pour acquis la plupart du temps. Mais quand devrions-nous réfléchir plus attentivement à ce que nous disons, pour le plus grand bien? Dans un monde aussi apparemment polarisé qu’il l’est maintenant, c’est une question qui mérite d’être posée… Du Huffington Post: «Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a défendu ce vendredi 30 octobre la liberté d’expression tout en estimant qu’elle n’était “pas sans limites” et ne devait pas “blesser de façon arbitraire et inutile” certaines communautés. “Nous allons toujours défendre la liberté d’expression”, a affirmé Justin Trudeau, en réponse à une question sur le droit à caricaturer le prophète Mahomet, comme l’a fait le journal Charlie Hebdo. “Mais la liberté d’expression n’est pas sans limites”, a-t-il fait valoir lors d’une conférence de presse. “Nous nous devons d’agir avec respect pour les autres et de chercher à ne pas blesser de façon arbitraire ou inutile ceux avec qui nous sommes en train de partager une société et une planète”. “On n’a pas le droit par exemple de crier au feu dans un cinéma bondé de monde, il y a toujours des limites”, a argumenté le chef du gouvernement. Prenant ses distances avec la position du président français Emmanuel Macron, Justin Trudeau plaidé pour un usage “prudent” de la liberté d’expression. “Dans une société pluraliste, diverse et respectueuse comme la nôtre, nous nous devons d’être conscients de l’impact de nos mots, de nos gestes sur d’autres, particulièrement ces communautés et ces populations qui vivent encore énormément de discriminations”, a-t-il plaidé. Comme il l’avait fait la veille avec les dirigeants de l’Union européenne, Justin Trudeau a tenu à condamner les récents attentats terroristes “affreux et épouvantables” en France. “C’est injustifiable et le Canada condamne de tout cœur ces actes en se tenant toujours avec nos amis français qui vivent des moments extrêmement difficiles”, a-t-il insisté»… Êtes-vous d’accord avec le Premier ministre? Devrions-nous tous être plus consciencieux sur ce que nous disons, simplement parce que nous avons le droit de le dire? Pourquoi (pas)?

Daily Issue 526: La liberté d’expression

Parlant de la liberté d’expression… C’est clairement le thème de la newsletter d’aujourd’hui. Suite à la colère d’une grande partie du monde islamique contre le président Macron et à sa défense de la publication de caricatures offensantes dans la France, il a clarifié ses déclarations samedi. De L’Express: «Un vent de colère souffle contre la France dans certains pays musulmans. Un appel au boycott des produits français a été lancé après le discours d’Emmanuel Macron prônant la liberté d’expression et défendant la publication de caricatures. Le président français a alors jugé “indigne” et “inadmissible” cette campagne de boycott contre la publication de caricatures de Mahomet. (…) Emmanuel Macron a dénoncé les “manipulations” autour de ses propos sur les caricatures de Mahomet, venantparfois de dirigeants politiques et religieux” qui ont laissé penser que ces dessins seraient “une émanation du gouvernement français” contre l’islam. Cette campagne antifrançaise “indigne” et “inadmissible” repose, selon lui, sur le fait “que les gens ont cru comprendre que moi, j’étais favorable” aux caricatures de Mahomet publiées dans la presse, en particulier par l’hebdomadaire Charlie Hebdo, estime-t-il. “Je suis favorable à ce qu’on puisse écrire, penser, dessiner librement dans mon pays parce que je pense que c’est important, que c’est un droit, ce sont nos libertés“, ajoute-t-il»… 

Daily Issue 526: La liberté d’expression

À la découverte… de la vie et carrière de Sean Connery, légende du cinéma.