Daily Issue 540: Je n’aime pas

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 540: Je n’aime pas

Bonjour à tous. C’est vendredi, le 20 novembre… Le jour, en 1759, de la bataille des Cardinaux, une affrontement entre les flottes britanniques et françaises dans la baie de Quiberon. Elle se solda par une victoire éclatante de la Royal Navy, l’une de ses plus grandes, d’autant plus qu’elle a mis fin aux espoirs français d’une invasion du continent britannique, ainsi que la domination continue des mers… Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 540: Je n’aime pas

«Voilà» (1967), de Françoise Hardy. Parce que comme un papillon de nuit, nous sommes attirés par la lumière… «Voilà, je regarde les autres, / Pourtant, je ne leur trouve rien, / C’est comme ça, / Voilà, je vais avec les autres, / Le temps passe plus mal que bien, / C’est comme ça»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 540: Je n’aime pas

Un bouton «Je n’aime pas» sur Twitter, une bonne idée ou pas? Imaginons que vous défiliez sans réfléchir sur Twitter un après-midi. Vous tombez sur un Tweet qui vous semble de mauvais goût, ou qui suggère quelque chose de négatif. La meilleure chose à faire serait probablement de poser votre smartphone, de vous rappeler que se mettre en colère contre quelque chose sur l’Internet n’est jamais une bonne idée, et de continuer votre journée. Plus facile à dire qu’à faire, bien sûr. Surtout s’il y avait une option pour montrer votre mécontentement… Une pente glissante qui conduira à plus de méchanceté sur les réseaux sociaux, ou une nécessité qui se fait attendre depuis longtemps? D’Ouest France: «Pour l’instant, sur Twitter, il est uniquement possible de mettre un “J’aime” sur les posts envoyés par les internautes. Mais cela pourrait bien changer. Mardi 17 novembre, Kayvon Beykpour, chef de produit chez Twitter, a indiqué: c’est “quelque chose que nous explorons”, rapporte le site américain Gizmodo, relayé par BFM. Il ne s’agit pas d’une simple anecdote puisque Jackie Singh, expert en cybersécurité, avait pointé ce défaut-là aux côtés de trois autres à résoudre pour le réseau social américain: “Améliorer l’expérience utilisateur en matière de harcèlement et de signalement, supprimer les comportements qui ne semblent pas authentiques, pointer la désinformation et ajouter un bouton ‘Je n’aime pas’ ou une fonction de vote défavorable”. Si l’entreprise indique qu’elle a réglé les trois premiers, comme avec les panneauxinformation trompeuse” qui sont apparus pendant la campagne américaine et régulièrement sur certains tweets de Donald Trump, elle va prendre le temps de la réflexion pour le dernier. Si Twitter juge utile, malgré tout, de se pencher sur le bouton “Je n’aime pas” (“Dislike”), c’est parce qu’il permettrait justement de réguler l’ampleur que peuvent prendre certains tweets, de réduire leur influence en permettant aux internautes de faire savoir leur désaccord avec les propos tenus. Si ce bouton existe depuis longtemps chez Youtube, Twitter pourrait aussi s’inspirer d’une autre méthode, comme celle de Reddit où il est possible de voter contre un message. D’autant que chez Youtube, on n’est pas complètement satisfait par le simple “Je n’aime pas” dont certains utilisateurs abusent»… Utilisez-vous Twitter? Pensez-vous qu’il devrait y avoir un bouton «Je n’aime pas»? Pourquoi (pas)?

Daily Issue 540: Je n’aime pas

Oui, les gens lisent encore la presse. Avec la hausse ces dernières années des «fausses nouvelles» et la prolifération, surtout sur les réseaux sociaux (bah, Twitter?) d’informations non officielles ou manifestement incorrectes, on pourrait penser que de moins en moins de personnes lisent les journaux, les magazines, et autres sources d’intégrité journalistique. (On espère.) Mais — du moins en France — ce n’est pas le cas… même si au lieu d’un journal physique, c’est un site web! D’Ouest France: «C’est une tendance de fond qui se confirme: l’audience des marques de presse progresse, tirée par le dynamisme de la lecture sur les téléphones mobiles, selon une étude publiée jeudi par l’Alliance pour les chiffres de la presse et des médias (ACPM). D’après cette nouvelle livraison de l’étude OneNext, 51,2 millions de Français, soit près de 97% de la population âgée de 15 ans et plus, lisent au moins une marque de presse chaque mois. Dans l’ensemble, c’est une progression de 2 points pour le même univers de marques, par rapport à la précédente étude comparable (hors période de confinement), publiée en juin. Elle est tirée par la lecture sur appareils mobiles (téléphones et tablettes) qui progresse de 5,2%, a précisé l’ACPM dans un communiqué. Résultat, les lectures de la presse sur des supports numériques (mobile, ordinateur ou tablette) représentent désormais 65% du total. Autre enseignement, la lecture exclusivement sur mobile fait jeu égal avec la lecture uniquement sur papier (37% chacune)»…

Daily Issue 540: Je n’aime pas

À la découverte… des dix chansons les plus recherchées sur Shazam depuis la création de l’appli musicale en 2002.