Daily Issue 541: Indélébile

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 541: Indélébile

Bonjour à tous. C’est lundi, le 23 novembre… Le jour de la naissance, en 1892, de Romain de Tirtoff, artiste russe plus connu sous le nom d’Erté (prononciation française de ses initiales). Illustrateur et dessinateur connu pour ses décors, ses costumes et ses sculptures glamour, il était appelé le “Père de l’Art Déco” et s’est installé à Paris en 1912 pour échapper à sa famille aristocratique. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 541: Indélébile

«Indélébile» (2020), de Yseult. Parce qu’il y a ceux qui gardent les clés de nos cœurs…  «Tu sais très bien que je vais céder, / La première, / Tu sais très bien comment me faire vriller, / La première, / Tu connais la chanson, ne me mens pas, / Je connais tous tes vices et j’en passe et j’en passe»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 541: Indélébile

Pourquoi les tisanes séduisent-elles de plus en plus de gens? D’autant plus que les températures baissent et que le soleil se couche apparemment quelques heures après son lever — je sais que cela arrive chaque année, mais cette année semble plus pénible que d’habitude — se réfugier sur le canapé avec des couvertures et une boisson chaude est devenu plus gratifiant que jamais. Un chocolat chaud, un café, un thé… ou peut-être une tisane? La consommation de ces infusions, ou de thé qui n’est pas du vrai thé, essentiellement, a explosé en France ces dernières années. Est-il temps de tous se lancer dans la tisane?  Du Huffington Post: « Longtemps resté confidentiel et limité à quelques saveurs, le marché des infusions a aujourd’hui le vent en poupe et pour preuve: un Français sur deux en consomme chaque jour, comme l’explique la journaliste Anne-Sophie Levy Chambon, auteure du documentaire “Les infusions en ébullition”, diffusé dimanche 22 novembre sur France 5. À la Grande Épicerie de Paris, dans le sixième arrondissement, le rayon des tisanes représente même 10 à 15% des ventes en plus chaque année. “Ce n’est plus ‘papi-mamie’, c’est fini ce temps-là, aujourd’hui les jeunes achètent des infusions, en boivent régulièrement et les connaissent”, indique Laurent Trégaro, responsable des achats interrogé dans le documentaire. “Il y a même des infusions pour enfants”, poursuit-il. Chacun y recherche sa dose de nature et de bien-être, et la tisane d’autrefois issue d’une production herbale et locale n’est plus aussi amère: fruits, pétales, fraise, caramel, camomille, framboisecannelle, chicorée, écorce de cacao… il y en a pour tous les goûts. Et c’est peut-être pour ça que la tisane séduit autant en ce moment. “Le boom des infusions qu’on a pu connaître a été porté par une modernisation du goût, avec des goûts beaucoup plus pétillants et marqués”, analyse Olivier Thébaud, directeur général de la plus vielle marque française d’infusion convertie à l’agriculture biologique, Pagès. Mais qui dit goût, dit aussi arôme. Attention donc à bien faire la distinction entre “arômes naturels” et “arômes” tout court, purement chimiques, sur les boîtes d’emballage . Et attention aussi à la provenance: une mention “fabriqué en France” garantit que le sachet a été confectionné en France, mais pas que les plantes proviennent de France»… Buvez-vous des tisanes? Êtes-vous d’accord avec Monsier Thébaud sur les raisons de la popularité croissante des infusions? Pourquoi (pas)?

Daily Issue 541: Indélébile

L’accès universel à l’eau et à l’hygiène.  Parmi les lecteurs de cette newsletter, je suis sûr qu’au moins l’un d’entre vous lit cette email alors que vous êtes assis sur la toilette… Une chose banale, peut-être, mais que beaucoup de gens aimeraient prendre pour acquis. Du Monde: «En pleine pandémie mondiale, les “gestes barrières” contre la propagation du Covid-19 restent hors de portée d’une bonne partie de l’humanité. Trois milliards de personnes ne peuvent se laver les mains chez elles faute d’installation; 1,4 milliard n’ont aucun accès ni à l’eau ni au savon. Dix ans après avoir reconnu l’eau potable et l’assainissement comme un droit humain fondamental, l’Organisation des Nations unies écrit dans un rapport publié jeudi 19 novembre, à l’occasion de la Journée mondiale des toilettes, qu’“au rythme actuel des progrès, l’assainissement pour tous ne sera pas une réalité avant le vingt-deuxième siècle”. Un accès universel à l’eau et à l’hygiène en 2030, comme les Etats s’en sont pourtant fixé l’objectif, est encore très loin. Selon les chiffres de 2017 (les derniers actualisés), ce chantier reste gigantesque. En effet, 2 milliards de personnes restent privées d’installations sanitaires élémentaires (toilettes avec chasse d’eaufosses septiques, etc.); 4,2 milliards d’individus – près de deux personnes sur trois dans le monde –, vivent sans pouvoir utiliser de W.-C., latrines ou n’importe quel équipement relié à une forme de traitement des déchets; 673 millions défèquent encore en plein air»… 

Daily Issue 541: Indélébile

Plongez dans… la piscine la plus profonde du monde! Mais d’abord, il faudra aller en Pologne…