Daily Issue 553: Une parité imparfaite

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 553: Une parité imparfaite

Bonjour à tous. C’est mercredi, le 9 décembre… Le jour où, en 1905, la Troisième République adopta la loi qui scellera définitivement la séparation de l’Eglise et de l’Etat en France. Bien qu’elle n’ait pas spécifiquement utilisé ce terme, elle a marqué le début officiel de la laïcité, un concept enraciné dans la Révolution française et qui reste très important… Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 553: Une parité imparfaite

«Ensemble» (2020), de Shy’m. Parce que quelqu’un qui est là pour vous est parfois tout ce dont vous avez besoin… «Dans les doutes, tu peux compter sur moi, / Tout au long de la route, on en croisera de ceux qui ne croient pas à ces choses-là, / Sans doute, qu’ils ne voient pas ce qu’on voit»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 553: Une parité imparfaite

La parité aux Jeux olympiques, plus symbolique que tout? Moitié femme, moitié homme… c’est ça l’égalité? Bien sûr, c’est une façon simpliste d’envisager la question, mais souvent, c’est un bon début pour un problème sociétal et institutionnel profondément ancré. C’est certainement ce que pensent les Jeux olympiques, qui ont annoncé qu’il y aurait 5 250 athlètes féminins et 5 250 athlètes masculins à Paris en 2024. À moins, bien sûr, que ce ne soit une façon de détourner l’attention de problèmes plus profonds… Dans une interview accordée à Ouest France, l’historien du sport Pierre Lagrue a expliqué la «dimension symbolique de cette annonce» et pourquoi il reste beaucoup à faire en termes de parité réelle. De l’article: «C’est la première fois, ça représente un petit pas en avant. Pour Tokyo 2020, ou 2021 maintenant, il y a 48,8% d’athlètes qui sont des femmes. Donc on arrive à une parité parfaite pour 2024, mais c’est quand même un petit peu factice. C’est dans l’air du temps que les femmes et les hommes soient traités sur un pied d’égalité, ce qui est louable. Mais on arrive à ce chiffre d’une manière détournée, avec des épreuves qui n’ont pas grand intérêt. (…) On ajoute des épreuves comme le kayak mixte, le relais mixte, qui n’ont pas de rapport avec l’histoire de l’olympisme. Ces disciplines entrent dans les nouveaux sports, mais on les a ajoutées pour arriver à la parité exacte. On a reconfiguré les disciplines et les épreuves dans le but d’arriver à la parité plutôt que de partir du fait que la parité en elle-même doit exister. C’est une nouvelle charte: il faut atteindre à la parité. Une fois ce postulat posé, on se débrouille pour y arriver. Les femmes ne vont pas disputer toutes les mêmes épreuves que les hommes, et inversement. C’est une parité symbolique: il y aura le même nombre de femmes que d’hommes mais pas les mêmes épreuves. Mais surtout, on ne parle pas des primes, des salaires. (…) Il n’y a pas que des professionnels aux JO, mais il y en a beaucoup, et la parité, notamment au football, n’est pas là sur le plan financier. Ce qui serait plus logique, ce serait d’aller vers l’augmentation des revenus des sportives. Mais ce n’est vraiment pas le cas. Ça existe au Brésil, avec le football féminin, où les primes de matches sont identiques pour les hommes et les femmes. Mais c’est, là encore, symbolique puisque si on prend Neymar, ce n’est pas sa prime de matches qui représente une grosse part de son salaire. En réalité, les femmes gagnent beaucoup moins que les hommes dans trop de sports»… Pensez-vous que la parité de Pairs 2024 est un bon début, ou pas assez? Qu’aimeriez-vous voir se passer dans le cadre des Jeux (et du monde du sport)? Pourquoi?

Daily Issue 553: Une parité imparfaite

Le Français et les mathématiques… pas une histoire d’amour. Ou du moins, pas une qui se traduise par de bonnes notes… La bonne nouvelle: Il ne reste plus qu’à monter! Du Point: «C’est l’heure des bulletins de notes pour la France! Les résultats de l’étude internationale TIMSS 2019, qui évalue le niveau en maths et en sciences de nos élèves en CM1 et en quatrième de 72 systèmes éducatifs, viennent d’être publiés. Et les conclusions pour la France sont alarmantes. Lors de la dernière édition de TIMSS (Trends in Mathematics and Science Study) en 2015, la France n’avait pas eu de bons résultats… et cela ne s’est pas amélioré. Avec 485 points en mathématiques (488 en 2015, alors que Singapour, qui caracole en tête, est à 625) en CM1, la France est l’un des derniers pays européens, selon l’étude, loin derrière l’Angleterre (556), le Portugal et le Danemark (525), et même l’Arménie (498) et l’Albanie (494). La France est également éloignée de la moyenne internationale, qui se situe à 500 points. En sciences, le constat n’est guère meilleur: la France obtient un score de 488 (Singapour est à 595, la France en 2015 à 787) en CM1 et arrive là encore parmi les derniers pays européens. En classe de quatrième, même état des lieux calamiteux: la France obtient 483 points en maths (616 pour Singapour) et 489 en sciences (608 pour Singapour)»…

Daily Issue 553: Une parité imparfaite

À la découverte… des plus beaux gratte-ciel du monde.