Daily Issue 556: Êtes-vous un vrai fan?

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 556: Êtes-vous un vrai fan?

Bonjour à tous. C’est lundi, le 14 décembre… Le jour où, en 1812, la désastreuse invasion de la Russie par Napoléon a finalement pris fin, avec le retrait des dernières troupes françaises à travers le fleuve Niemen. La Grande Armée comptait plus d’un demi-million d’hommes au début de la malheureuse campagne, mais seuls 100 000 soldats ont survécu à l’hiver rigoureux, au manque de provisions, et aux tactiques russes qui les ont harcelés jusqu’à la frontière. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 556: Êtes-vous un vrai fan?

«Pas essentiel» (2020), de Grand Corps Malade. Parce que qui peut vraiment décider de ce qui est essentiel ou non?  «J’vais sortir de chez moi et marcher dehors, / M’arrêter un instant, regarder l’ciel, / Le soleil, sur les toits, posera ses reflets d’or, / J’vais kiffer voir ça, vu qu’c’est pas essentiel»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 556: Êtes-vous un vrai fan?

D’où vient notre fanatisme pour certains artistes ou athlètes? Nous connaissons tous quelqu’un qui est un peu trop obsédé par une célébrité. Peut-être que votre ami regarde religieusement tous les films dans lesquels il y a un certain acteur. Ou peut-être que votre tante se retrouve toujours devant la télé à une certaine heure. Ou peut-être que vous étiez coupable d’avoir le visage d’un chanteur de pop partout sur les murs de votre chambre quand vous étiez plus jeune (ou maintenant… je ne juge pas). Mais pourquoi développons-nous de telles obsessions avec les gens que nous voyons à la télévision ou entendons à la radio ? Pourquoi sommes-nous… de tels fans? De Slate France: «”Notre religion, c’est le foot et comme toute religion, elle doit avoir un dieu. […] Ce dieu est Argentin et s’appelle Diego Armando Maradona”. Cette profession de foi est celle de l’Église maradonienne. Après avoir déchaîné les passions toute sa vie, le joueur argentin est aujourd’hui l’objet d’un véritable culte – mi-sérieux, mi-canular – qui lui est rendu depuis 1998. Avec plus de 100.000 adeptes, l’Église a ses rites de mariage, de baptême et un calendrier qui commence l’année de la naissance de Maradona. Elle reprend des éléments de la liturgie catholique avec des cantiques qui rendent hommage au footballeur (“Notre Diego qui est sur Terre, / Que ton pied gauche soit sanctifié […] / Pardonne aux journalistes, / Comme nous pardonnons à la mafia napolitaine”). L’inscription “D10S” –un mot-valise contenant “dieu” en espagnol et un “10” en référence au numéro porté par le joueur argentin – orne tous ses autels. Certaines icônes pop suscitent parfois un tel engouement qu’elles se rapprochent du culte religieux. Dans un contexte de déclin des religions traditionnelles et des idéologies, une “ère du vide” postmoderne, l’adoration de l’artiste ou de l’athlète représente-t-il un nouveau culte? Qu’est-ce qui nous pousse ainsi à adorer quasi religieusement les stars? (…) Si tous les fans ne vont pas jusqu’à prier leur star, on retrouve souvent chez eux plusieurs aspects du religieux. La star est d’abord un repère, voire même parfois un modèle qui les guide dans la vie. (…) Cette passion pour un être charismatique se manifeste par un dispositif rituel et symbolique (concert, match) qui rassemble des acteurs en une communauté (de fans). Le lien qui les unit à leur passion est à la fois vertical, transcendant avec l’idole, et horizontal avec la communauté de fans que soude une même adoration. On retrouve les mêmes phénomènes dans les sectes ou communautés religieuses»… Êtes-vous — ou avez-vous été – obsédé par une célébrité? Pourquoi  (pas)?

Daily Issue 556: Êtes-vous un vrai fan?

Au revoir, Tara. La goélette française vient de partir ce week-end pour une importante expédition scientifique visant à étudier le rôle joué par les micro-organismes face au changement climatique. Pas de pression… D’Europe 1: «L’une des plus importantes expéditions scientifiques de notre époque est partie samedi du port de Lorient dans le Morbihan. C’est le bateau-laboratoire Tara, une goélette à voile de 36 mètres conçue par l’explorateur Jean-Louis Étienne, qui part explorer l’infiniment petit dans les mers de l’Atlantique Sud, le long des côtes de l’Amérique du Sud, l’Afrique et l’Antarctique. Une mission de près de deux ans pour comprendre les microbes qui peuplent l’eau de mer, essentiels à notre survie. Marins et scientifiques partent, à la voile, parcourir 70.000 km en prélevant, tout au long de leur parcours, des échantillons d’eau grâce à des bouteilles télécommandées depuis le bateau. (…) L’objectif est de capturer les microbes qui peuplent l’océan. (…) Ces micro-organismes nous fournissent la moitié de l’oxygène chaque jour et nourrissent les poissons, donc plusieurs milliards d’humains. Il est donc urgent de comprendre comment ils réagissent au réchauffement de l’eau et à la pollution plastique»…

Daily Issue 556: Êtes-vous un vrai fan?

Pourquoi… entend-on parfois des gargouillis dans son ventre? C’est en fait un bon signe, reassure Ouest France….