Daily Issue 562: Pas de panique!

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 562: Pas de panique!

Bonjour à tous. C’est mardi, le 5 janvier… Le jour du début, en 1709, de ce que les Français ont appelé le Grand Hiver. L’hiver le plus froid que l’Europe ait connu au cours des 500 dernières années, il a notamment provoqué une famine en France et causé la mort de centaines de milliers de personnes. Les raisons de ce «petit âge glaciaire» sont encore largement inexpliquées par les scientifiques… Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 562: Pas de panique!

«1,2,3» (2020), de Amel Bent et Hatik. Parce que nous ne sommes pas toujours sur la même longueur d’onde…. «Je le sens, je devine, je le vois mais j’l’entends pas, / Tu me demandes de te suivre mais je n’sais pas où tu vas, / Combien de temps à subir, à me dire que t’es comme ça»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 562: Pas de panique!

Comment faire face à la peur de l’apocalypse climatique? Il y a tellement de choses à se préoccuper dans le monde en ce moment, que l’environnement peut presque être considéré comme une pensée après coup. Oui, nous devons faire quelque chose en tant que race humaine collective pour préserver et protéger notre planète. Le changement collectif radical nécessaire pour faire la différence est toutefois écrasant à envisager.  Cela ne signifie pas pour autant que nous ne pensons pas tous au changement climatique. Mais que pouvons-nous faire face à cette vérité déprimante? Que devrions-nous faire? Du Monde (article payant): «Le grand historien des mentalités religieuses, Jean Delumeau (1923-2020), souriait volontiers des frayeurs de ses contemporains. L’insécurité urbaine, les accidents d’avions ou les maladies chroniques ne l’impressionnaient guère: l’auteur de La Peur en Occident (XIVe-XVIIIe siècles, Fayard, 1978) avait côtoyé des périls infiniment plus menaçants en fréquentant assidûment les archives du Moyen Age et des débuts de la modernité en Occident. A cette époque, résumait-il, les hommes et les femmes étaient “exposés à la mort à chaque instant“. “Voilà pourquoi certaines peurs contemporaines me semblent excessives”, concluait-il. Depuis le début du XXIe siècle, les citoyens du monde affrontent pourtant une menace que leurs ancêtres ignoraient – la hantise, non de leur propre mort, mais de celle de la planète. Cette crainte de l’apocalypse écologique ne repose pas sur d’incertaines prophéties religieuses mais sur des modèles scientifiques élaborés par les climatologues du monde entier. Depuis l’an 2000, elle porte d’ailleurs un nom: pour le biologiste Eugene Stoermer (1934-2012) et le prix Nobel de chimie (1995) Paul Crutzen, la Révolution industrielle du XIXe siècle a sonné l’heure de l’”anthropocène“, cette ère géologique marquée par l’empreinte irréversible de l’homme sur la biosphère et le système terrestre. Depuis quelques années, les désordres écologiques sont devenus la première préoccupation des citoyens occidentaux. Selon une enquête réalisée au cours de l’été 2020 par l’institut américain Pew Research Center dans quatorze pays, 70% des sondés considèrent le changement climatique comme la plus grande des menaces qui pèsent sur l’humanité – avant les maladies infectieuses (69%), le terrorisme (66%) ou la prolifération nucléaire (61%). Cette crainte est particulièrement forte en France: elle figure en tête chez 83% des sondés, contre 70% en Belgique et aux Pays-Bas, 69% en Allemagne, 67% au Canada, 63% en Suède, 62% aux Etats-Unis et 60% au Danemark. Comment faire face à ce péril inédit dans l’histoire de l’humanité? Comment réagir à ce processus qui menace, à terme, l’existence même des civilisations contemporaines?» Quelques bonnes questions… le changement climatique est-il une chose à laquelle vous pensez souvent? Comment y faites-vous face personnellement?

Daily Issue 562: Pas de panique!

Les réticences françaises à l’égard d’un vaccin.  Un vaccin contre le Covid-19 est quelque chose à célébrer… mais la réalité est que, pour une raison ou une autre, tout le monde ne veut pas être le premier à recevoir une injection dans le bras. Surtout en France, où ni l’optimisme ni la confiance ne sont particulièrement élevés dans ce secteur… . D’Ouest France: «La défiance face au vaccin contre le Covid-19 ne cesse de croître en France. C’est, en tout cas, ce que révèle ce sondage d’Odoxa-Backbone consulting réalisé pour Franceinfo et le Figaro publié dimanche 3 janvier 2021. 58% des Français refusent de se faire vacciner contre le Covid-19, soit 6 Français sur 10. Ce chiffre est en progression de huit points par rapport au mois dernier. Ce sondage démontre les grandes disparités de choix en fonction de l’âge, du sexe, ou du milieu social des personnes interrogées. Plus l’âge augmente, plus le souhait de vaccination est fort: il passe de 32% chez les 35-49 ans à 58% chez les plus de 65 ans. Les hommes sont aussi plus favorables à la vaccination (54%). Le milieu social est aussi à prendre en compte: 62% des cadres sont pour la vaccination alors que 73% des ouvriers sont contre. Les tendances politiques sont aussi un facteur à prendre à compte dans ce sondage: 68% des électeurs d’Emmanuel Macron (LREM) se disent favorables à la vaccination alors que 68% des électeurs de Marine Le Pen (RN) et 60% de ceux de Jean-Luc Mélenchon (LFI) s’y opposent. Ce sondage montre aussi que les Français ne sont pas optimistes malgré l’arrivée d’un vaccin: ils ne sont que 17% à penser qu’il permettra de vaincre la pandémie de Covid-19 dans les six à neuf prochains mois»…

Daily Issue 562: Pas de panique!

Comment… traiter l’angoisse de la séparation de votre animal? Slate France a la réponse sur comment gérer l’anxiété de votre chien ou chat adoré.