Daily Issue 567: Dans la forêt lointaine

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 567: Dans la forêt lointaine

Bonjour à tous. C’est mardi, le 12 janvier… Le jour de la naissance, en 1628, de l’auteur français Charles Perrault. Membre éminent de l’Académie française, il est surtout connu pour sa collection de contes de fées, dont Le Petit Chaperon Rouge et La Belle au bois dormant. Ses récits, adaptations de vieux contes populaires, inspireront, entre autres, les frères Grimm plus de 100 ans plus tard… Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 567: Dans la forêt lointaine

«Été 90» (2021), de Therapie Taxi. Parce que le bon vieux temps semble si proche parfois…  «Mais maudit ami je veux plus, / Danser ce slow avec toi, / Souviens-toi des années 90, / Quand dans la cour, tous les jours, j’étais ton roi»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 567: Dans la forêt lointaine

Les micro-forêts dans les villes, devraient-elles être plus répandues? Je ne sais pas pour vous, mais ma propension à aimer une certaine zone urbaine est intrinsèquement liée à la quantité d’arbres (ou de plantes vertes, je ne fais pas de discrimination) qu’il y a dans ladite zone. Je pense que tout le monde apprécie que la jungle de béton de son choix ressemble un peu plus à une vraie jungle — ou peut-être à une petite forêt… Avec tous les avantages environnementaux à prendre en compte également, est-ce que ce sera l’avenir des villes? Devrait-il l’être? De L’Express: «Lame de fond ou fond de sauce pour bobos urbains? Depuis leur apparition dans nos cités, les microforêts intriguent. Le concept? Alors que les surfaces boisées diminuent inexorablement à la surface du globe, comme vient de le rappeler le dernier rapport du WWF, les métropoles, elles, cherchent de plus en plus à planter des arbres sur le bitume. Mais uniquement dans de petits espaces (pas plus de 1000 mètres carrés), de façon touffue et avec diverses essences plantées les unes contre les autres – une sorte de joyeux foutoir végétal en somme. “Cette méthode baptisée ‘Miyawaki’, du nom du botaniste japonais qui l’a inventée à la fin des années 1970, essaime partout à travers le monde. En Asie, en Inde, puis récemment en Europe“, explique Nicolas de Brabandère, de la société Urban Forests, qui fut le premier à l’importer en Belgique il y a maintenant quatre ans. La France n’échappe pas à l’engouement et compte une bonne dizaine de projets (Paris, Toulouse, Nantes, Lille, Bordeaux, etc.) Derrière le désordre apparent, il y a donc une technique mise au point par le Japonais qui fait l’unanimité. Elle consiste d’abord en un gros travail préparatoire du sol en apportant de la terre, du paillage et des engrais organiques. “A l’origine, Miyawaki travaillait sur des terrains dégradés comme des friches industrielles ou des carrières“, rappelle Nicolas de Brabandère. Ensuite, il faut bien choisir les espèces d’arbres en les diversifiant au maximum (de 15 à 20 essences en général) et en en les choisissant localement. Enfin, il reste à les planter, comme des choux, les plus proches possible. “La densité est la caractéristique première”, souligne Yves-Marie Gardette, responsable du développement de l’Office national des forêts (ONF)»… Aimez-vous les arbres? Souhaitez-vous voir plus de microforêts dans les villes? Cela aurait-il un impact sur le fait que vous y viviez ou non?

Daily Issue 567: Dans la forêt lointaine

Parlant des villes du futur… Sera-t-elle en Arabie Saoudite? Une combinaison inattendue de lieu et de forme, peut-être, mais des choses plus étranges sont arrivées… (Reste à savoir si cela se produira effectivement ou si ce n’est qu’un coup de relations publiques.) Du Huffington Post: «Certaines décisions sont paradoxales. L’Arabie saoudite est le premier exportateur de pétrole brut au monde. C’est aussi un des pays les plus polluants et pollués, en termes de particules fines, selon l’OMS. C’est pourtant sur ce territoire que pourrait voir le jour un concept urbain écologique radical: une ville sans automobiles, avec “zéro voiture, zéro route, zéro émission de CO2”. Le prince dirigeant Mohammed ben Salmane vient d’annoncer ce dimanche 10 janvier le lancement de ce projet “Neom”, une zone du nord-ouest du royaume actuellement en développement. Région futuriste et touristique, Neom figure sur la liste des nombreux mégaprojets en cours destinés à diversifier l’économie de l’Arabie saoudite qui dépend très largement de l’exportation de l’or noir. “En tant que président du conseil d’administration de Neom, je vous présente “The line”, une ville pouvant accueillir un million d’habitants, de 170 km de long et qui préservera 95% des zones naturelles”, a annoncé le prince héritier Mohammed ben Salmane dans une déclaration retransmise à la télévision. “Il n’y aura ni voiture, ni route et zéro émission de carbone”, a ajouté le dirigeant de facto de la première économie du monde arabe, régulièrement classée parmi les pays les plus pollueurs au monde»…

Daily Issue 567: Dans la forêt lointaine

A la découverte… de cette émission française sur Netflix qui a été numéro un, vendredi dernier, dans au moins onze pays, dont la France et les Etats-Unis!