Daily Issue 1045: Sur le toit du monde - News in French
You're now reading:

Daily Issue 1045: Sur le toit du monde

Listen to this newsletter

Bonjour à tous. C’est lundi, le 19 décembre… Le jour, en 1954, du début de la (première) guerre d’Indochine. Commencée à l’origine comme une insurrection du Viet Minh, une coalition d’indépendance nationale opposée au rétablissement de la domination française, elle finit par se transformer en un véritable conflit et, après le retrait militaire de la France en 1954, la guerre du Vietnam… Voici les News in French d’aujourd’hui.

«Desperado» (2022), de Kendji Girac. Parce qu’il y a des gens qui apportent le soleil… «Ra-ka-ta-ka-ta, toi, c’est mademoiselle ou madame? / Tu m’as l’air sympa, dis-moi, c’est quoi ton programme? / Ra-ka-ta-ka-ta, toi, c’est mademoiselle ou madame? / Suis-moi pour la vie et je t’appelleraima femme»… Disponible sur Youtube et Spotify.

L’art généré par l’intelligence artificielle, l’avenir des couvertures de livres? Vous avez certainement vu récemment sur les réseaux sociaux des personnes partager des œuvres d’art générées par intelligence artificielle. Généralement des portraits dans des décors fantaisistes, ou avec des coupes de cheveux différentes, c’est une façon amusante d’obtenir une nouvelle photo de profil. Mais cela a un côté sombre: l’intelligence artificielle ne crée pas de l’art à partir de rien. Et derrière chaque œuvre générée par l’IA se cachent les créations et les influences d’artistes passés inaperçus et non crédités, des œuvres que certains diraient même volées… Avec ces connaissances, est-il moralement correct d’adopter l’art de l’IA? Et d’utiliser cette technologie pour concevoir des couvertures de livres? De Slate France: «Auteur de fantasy et de science-fiction à succès, Christopher Paolini ne pensait sans doute pas que son dernier livre ferait parler de lui en raison de sa couverture. Celui qui a notamment écrit la saga Eragon sortira dans quelques mois son nouveau livre, Fractal Noise, qui est partie intégrante d’une série qu’il a baptisée le Fractalverse –et dont le visuel a été généré par une intelligence artificielle. Dès que la couverture a été dévoilée, les fans ont émis leurs premiers doutes. Sur Twitter, des petits malins ont rapidement fait le lien entre d’images, qui a été générée par une intelligence artificielle. Celle-ci avait bien entendu été réarrangée, bien qu’aucun nom de graphiste ou d’artiste ne figure sur la quatrième de couverture ou à l’intérieur de l’ouvrage. Un élément qui en a étonné plus d’un, l’éditeur Tor Books ayant plutôt la réputation de promouvoir le travail de celles et ceux qui composent ses univers visuels. Face aux nombreuses réactions hostiles, la maison d’édition a décidé de publier un message sur Twitter afin d’apaiser les esprits: “Durant le processus de création de cette couverture, nous avons acheté une image provenant d’une banque d’illustrations renommée. Nous ne savions pas que cette image avait été créée par une intelligence artificielle. Notre designer maison l’a utilisée pour créer notre couverture, qui a été présentée à Christopher pour validation”. “En raison de contraintes de production”, poursuit le communiqué, “nous avons décidé de poursuivre avec la couverture actuelle. Depuis ses débuts, le groupe Tor Publishing a toujours fait appel à des créateurs du monde de la science-fiction et de la fantasy, et nous continuerons à agir de la sorte“»… À votre avis, l’art de l’IA finira-t-il par remplacer le travail des vrais artistes? Y a-t-il un moyen de faire coexister les deux? Pourquoi (pas)?

L’Argentine remporte la Coupe du monde. Au grand dam des Français, et de tous ceux qui espéraient que la France ramène une fois de plus le trophée à la maison, le légendaire Lionel Messi et ses coéquipiers ont triomphé des Bleus ce week-end au Qatar. D’Ouest France: «Lionel Messi rejoint Diego Maradona au firmament du football mondial: l’Argentine a remporté sa troisième Coupe du monde en battant l’équipe de France (3-3, 4-2 aux TAB) dimanche 18 décembre à l’issue des prolongations au Lusail Stadium au Qatar en finale de la Coupe du monde, au terme du plus grand scénario de l’histoire de la compétition. Apathiques et dépassés par l’événement pendant près de 75 minutes, les Bleus étaient revenus à deux reprises de l’enfer contre l’Albiceleste, grâce à un triplé de Kylian Mbappé, et des buts intervenus à 97 secondes d’intervalles (80e, sp, puis 81e), puis sur penalty (117e) à l’issue des prolongations, alors que la Scaloneta avait converti sa domination plus tôt, avec des buts de Lionel Messi (23e, 109e) sur penalty et d’Angel Di Maria (36e). Montiel a ensuite libéré le pays d’Amérique latine, en convertissant le dernier tir de la séance des tirs au but. L’Argentine remporte la troisième Coupe du monde de son histoire, après 1978 sur ses terres et 1986 au Mexique. À 35 ans, Lionel Messi, septuple ballon d’or, soulève le plus grand titre de son immense carrière, le seul qui manquait à son palmarès hors norme, à l’issue de sa Coupe du monde. Un an après son sacre au Maracana de Rio contre le Brésil (1-0) en Copa America, la Scaloneta – nom donné à la sélection en référence au nom de son sélectionneur Lionel Scaloni – est désormais sur le toit du monde. Les Bleus, de leur côté, s’inclinent pour la deuxième fois de leur histoire à l’issue des tirs au but en finale de Coupe du monde, après la débâcle de 2006 contre l’Italie (1-1, 6-4 aux TAB) à Berlin»…

À la découverte… des lieux les plus glacials de la planète.