Daily Issue 909: Défenestré, pas défoncé - News in French
You're now reading:

Daily Issue 909: Défenestré, pas défoncé

Listen to this newsletter

Bonjour à tous. C’est lundi, le 23 mai… Le jour, en 1618, de la défenestration de Prague, un incident au cours duquel trois fonctionnaires catholiques ont été jetés par une fenêtre par des protestants enragés. Étonnamment, ils ont survécu, mais ces événements ont contribué à déclencher l’un des conflits les plus destructeurs de l’histoire européenne, la guerre de Trente Ans… Voici les News in French d’aujourd’hui.

«L’homme qui court» (2022), d’Axel Bauer. Parce que nous sommes tous à la recherche de quelque chose… «Et cet homme qui court, toujours, dort au petit matin, / Au bord des routes, il suit son long chemin, / Sous les étoiles du doute, ignore vers où ses pas l’entraînent, / Un paradis ou seulement lui-même»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Les spiritueux sans alcool, plus populaires que jamais? Pour certaines personnes, boire de la bière ou du vin sans alcool va à l’encontre du but recherché. Mais il y a quelque chose à dire sur le fait de prendre une boisson pour adulte sans avoir à se soucier de ses conséquences. Et si vous êtes le genre de personne qui aime le goût de la bière mais pas ses effets secondaires, ou si vous voulez rester en tête de certains objectifs personnels tout en continuant à prendre un verre de vin après le travail, les spiritueux sans alcool sont exactement ce qu’il vous faut. Et le marché est en plein essor… De L’Express: «Un lendemain de fête sans mal de tête… C’est désormais possible grâce aux spiritueux sans alcool, versions de gin, whisky, rhum et cocktails  censés tromper le plus expert des noctambules. Pendant longtemps, les offres zéro degré comme Pacific, lancé en 1982 par Pernod Ricard, sont restées marginales. Question de goût et d’état d’esprit, le régime sec était mal vécu au pays du vin.  Peu à peu, l’art de vivre évolue. Lentement, mais sûrement, les Français lèvent moins le coude. Selon les chiffres de l’Observatoire français des drogues et des tendances addictives (OFDT), la consommation de spiritueux a diminué de 16% ces vingt dernières années. Depuis 2013, le Dry January initié par l’association britannique Alcohol Change UK, qui consiste à marquer une pause dans sa consommation pendant un mois, rend le sevragepresque – sexy. Au-delà d’un public contraint de surveiller sa diète pour raisons médicales – les femmes enceintes et allaitantes, les personnes sous traitement, etc. – ou religieuses, de nouveaux amateurs, tels que des sportifs soucieux de leur régime alimentaire, de jeunes actifs, et des retraités souhaitent savourer un apéro sans les inconvénients. “En France, la moitié des acheteurs de boissons alcoolisées optent pour une offre no ou low alcohol. Ces consommateurs alternent les moments conviviaux avec ou sans alcool“, observe Simon de Beauregard, directeur du marketing international de Pernod Ricard. La sobriété décomplexée crée un nouveau marché évalué à 10 milliards de dollars par l’institut IWSR. Pour l’heure, c’est une goutte de vertu dans un océan d’ivresse, mais la croissance annuelle est estimée à 8%. Bien décidé à surfer sur la vague, le groupe piloté par Alexandre Ricard est devenu majoritaire en janvier 2021 au sein du capital de Ceder’s, une boisson distillée aux saveurs de gin affichant zéro degré, et garantie sans sucre. Flacon transparent et étiquette ciselée, Ceder’s n’est pas un simple clone aromatisé. Les baies de genièvre sont associées à la coriandre, aux agrumes, et à des plantes d’Afrique du Sud comme le rooibos ou le buchu. La marque cartonne déjà dans une quinzaine de pays, dont les Etats-Unis et le Canada»… Si vous buvez, passeriez-vous à des versions non alcoolisées de vos boissons préférées? S’agit-il d’une tendance qui se poursuivra à l’avenir? Pourquoi (pas)?

La variole du singe devient mondiale. Un autre jour, une autre maladie infectieuse… La variole du singe se propage à travers le monde, inquiétant les autorités sanitaires même si ses symptômes restent relativement légers.  De TF1 Info: «”La situation évolue et l’OMS s’attend à ce qu’il y ait davantage de cas“. Dans un communiqué publié samedi, l’Organisation mondiale de la santé tire la sonnette d’alarme. Elle craint une flambée des cas de variole du singe à travers le monde et appelle à la vigilance des pays et des personnes ayant été en contact physique rapproché avec des personnes présentant des symptômes de l’infection. La variole du singe se transmet habituellement de l’animal à l’homme, mais elle peut également se transmettre entre deux individus, notamment en cas de contact prolongé. Cette maladie infectieuse se manifeste par de la fièvre, des courbatures et des boutons. Généralement, les patients peuvent en guérir naturellement. Par ailleurs, si aucun traitement contre cette maladie n’existe, le vaccin contre la variole humaine peut être utilisé et serait efficace à 85% pour la prévenir. Jusqu’ici, la maladie était présente dans des zones endémiques sur le continent africain et notamment au Bénin, au Cameroun, en République démocratique du Congo, en République centrafricaine, au Gabon, au Ghana, en Côte d’Ivoire, au Liberia, au Congo, au Nigeria, en Sierra Leone et au Soudan du Sud.  Le 20 mai, un premier cas de variole du singe a été détecté en France. Mais depuis deux semaines, la maladie touche plusieurs autres pays, dont les États-Unis, le Canada, Israël, l’Italie, le Royaume-Uni, le Portugal, la Suisse, l’Espagne, l’Allemagne, la Grèce, la Belgique et la Suède. Au total, depuis le 13 mai, 12 États non endémiques ont enregistré des cas de variole du singe»…

En mémoire de… Miss. Tic, légende parisienne du street art décédée à l’âge de 66 ans.