Daily Issue 440: Démaquillée

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 440: Démaquillée

Bonjour à tous. C’est jeudi, le 2 juillet… Le jour où, en 1816, la frégate française Medusa coule au large des côtes de Mauritanie. C’est rapidement devenue l’un des naufrages les plus scandaleux du XIXe siècle, les survivants affamés ayant été contraints de recourir au cannibalisme. Leur calvaire désespéré a été immortalisé par le peintre français Théodore Géricault dans son Radeau de la Méduse, un exemple stupéfiant de l’art romantique. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 440: Démaquillée

«Il y a trop de gens qui t’aiment» (1999), de Hélène Ségara. Parce qu’il peut parfois sembler inutile…  «Je te regarde parler avec les gens, / Tu me sembles si léger même transparent, / Je regarde passer les jours, la vie en me disant, / Je ne cherche pas l’amour, je m’y attends»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 440: Démaquillée

Le maquillage, bientôt une chose du passé? Les normes de beauté vont et viennent. C’est bien connu. Ce qui était séduisant il y a vingt ans ne l’est peut-être plus aujourd’hui. Il suffit de regarder les tendances de la mode et les coiffures de nos parents ou grands-parents qui semblent aujourd’hui décaléesdésuètes ou carrément dépassées. Le maquillage sera-t-il un jour l’une de ces choses ? Il est encore très répandu, évidemment, mais une tendance — poussée par la pandémie — se développe.  Du Huffington Post: «Des témoignages du confinement ainsi qu’une diminution de la consommation de produits de beauté le laissaient présager, ce sondage Ifop vient le confirmer. Retour au “naturel” et tendance du “no make-up” se dessinent depuis quelques années, le déconfinement ayant été un moteur de plus, montre cette enquête réalisée pour le label Slow Cosmétique, dévoilée ce mercredi 1er juillet. En effet, une femme sur cinq seulement (21%) se maquille quotidiennement, contre deux sur cinq en 2017 (42%), soit deux fois moins. Ce sont surtout les moins de 30 ans qui sont concernées par ce phénomène, une sur deux (53%) affirmant se maquiller moins qu’avant la crise. La crise sanitaire du Covid-19 a en effet un impact sur ces tendances à laisser de côté le maquillage, en particulier le port du masque. Avec ce bout de tissu sur le visage, 44% des femmes ne portent par exemple plus de rouge à lèvres. Contactée par l’AFP au début du mois de juin, Mathilde Lion, analyste beauté chez NPD Group, indiquait constater à ce titre une baisse de 58% sur les ventes en ligne de rouge à lèvres par rapport à avril 2019. Autre effet du confinement: il a incité certaines femmes à réfléchir à leur consommation de cosmétiques. Elles sont 53% à privilégier désormais les produits naturels, 34% les cosmétiques maison et/ou produits locaux»… Si vous vous maquillez, avez-vous remarqué un changement dans vos habitudes au cours des derniers mois? Ou dans celles de vos proches? Pensez-vous que l’abandon du maquillage est une bonne chose ou non?

Daily Issue 440: Démaquillée

Les étudiants français, pas si bons en anglais? Nous sommes tous coupables de penser que notre maîtrise de la langue que nous apprenons est meilleure qu’elle ne l’est probablement — et beaucoup d’entre nous ont des histoires de conversations gênantes qui nous font comprendre à quel point nous sommes vraiment capables de parler français. Les jeunes Français peuvent avoir la même expérience. Du Figaro: «Les étudiants français pensent à tort qu’ils ont un bon niveau d’anglais. C’est ce que révèle une étude menée en février dernier par le comité d’examen Cambridge Assessment English en partenariat avec Le Figaro Étudiant sur le rapport des Français à l’anglais. En comparant les résultats obtenus au test de niveau d’anglais par les étudiants et la perception qu’ils en ont, il apparaît qu’une majorité d’entre eux surestime son niveau réel. Parmi les 26% affirmant avoir un niveau avancé (C1-C2), seuls 5% valident ce niveau après le test. Toutefois, les étudiants affirment que la qualité de l’enseignement qu’ils ont reçu à l’école était insuffisante. Ainsi, 78% des sondés considèrent qu’ils auraient dû à l’école avoir plus de contacts avec des natifs anglophones et 79% que l’immersion dans un pays étranger est le meilleur moyen d’améliorer son niveau d’anglais»… 

Daily Issue 440: Démaquillée

À Disneyland Paris, la chanson classique «Un jour mon prince viendra»… chanté par un homme. Parce que pourquoi pas?