Daily Issue 546: Rien n'est un accident

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 546: Rien n'est un accident

Bonjour à tous. C’est lundi, le 30 novembre… Le jour, en 1974, de la découverte de Lucy, une femelle de 3,2 millions d’années de l’espèce Australopithecus afarensis. Découverte en Éthiopie par des chercheurs qui écoutaient alors une certaine chanson des Beatles (pouvez-vous deviner laquelle?), Lucy reste le plus vieux squelette le plus complet connu à ce jour, et certainement l’un des plus célèbres. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 546: Rien n'est un accident

«Si tu m’aimes» (2020), de Lynda. Parce que le regret est toujours le pire… «Aujourd’hui j’comprend la valeur de ta présence, / Quand j’ai tout perdu, qu’elle a gagné d’avance, / J’peux pas t’en vouloir, oui j’ai fais la conne, / Quand tu m’as tout donné, qu’j’le donnais à un autre»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 546: Rien n'est un accident

La nouvelle mise à jour d’Instagram, comment cela vous influence-t-il?  Il peut sembler idiot de s’indigner pour quelque chose d’apparemment aussi trivial qu’une application sur votre téléphone —sans parler d’une mise à jour qui modifie légèrement certains aspects de l’expérience de cette appli. Mais considérez le temps que les gens passent réellement sur leur téléphone. Ces minutes — ou ces heures — s’additionnent… et chaque seconde de ce temps est mise à profit. Du Monde (article payant): «Une mise à jour qui n’est pas du goût de tout le monde. En intervertissant les onglets, Instagram attire ainsi dans sa boutique des gens qui appuient, par réflexe, sur l’icône située en bas à droite pour consulter leurs notifications, et envoie sur Reels des gens qui voulaient simplement partager une nouvelle photo. “Nous ne prenons pas ce type d’ajouts à la légère et, de fait, la page d’accueil d’Instagram n’avait pas connu de changement aussi important depuis un bon moment”, s’est défendu le réseau social dans un post de blog. “Cependant, le rapport des internautes à la culture et à la création a changé, et, pour Instagram, le risque n’est pas tant d’évoluer trop vite que de refuser le changement et de se retrouver dépassé”. Mais ce changement n’est pas anodin. En perturbant les habitudes de ses utilisateurs, Instagram démontre la façon dont le design peut être instrumentalisé pour orienter leurs actes, comme l’explique Harry Brignull, docteur en sciences cognitives et spécialiste de l’expérience utilisateur, qui a défini le concept de dark pattern (“mécanique maléfique”) en 2010»… Selon Brignull, le dark pattern est «une interface conçue pour manipuler ou pour tromper l’utilisateur de façon à ce que la personne qui en est à l’origine soit gagnante d’une façon ou d’une autre». C’est-à-dire qu’Instagram sait exactement ce qu’ils ont fait en changeant leur interface et en ajoutant des boutons. L’expert dit dans l’interview: «Ç’a l’air un peu conspirationniste de se dire que derrière l’application que l’on utilise, il y a probablement des dizaines de chercheurs en psychologie appliquée et de data scientists dont le travail est d’analyser les données pour déterminer ce qu’il faut faire pour pousser les utilisateurs à prendre des décisions qui vont aider leur entreprise à grandir. Et pourtant, c’est bien réel. Vous pouvez regarder les profils recherchés actuellement sur LinkedIn, par exemple, et vous verrez que ces fonctions existent bel et bien»… Si vous utilisez Instagram, que pensez-vous de sa nouvelle configuration? Est-ce que cela vous dérange? Pourquoi (pas)?

Daily Issue 546: Rien n'est un accident

Manifestations en France. Un nouveau projet de loi très controversé sur la sécurité en France, destiné à protéger les policiers, a fait l’objet de protestations ce week-end par des milliers de personnes affirmant qu’il restreindrait la liberté de la presse et diminuerait la responsabilisation de la police. Du Temps: «Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé samedi en France contre le texte de loi “sécurité globale” et sa mesure phare, qui prévoit de restreindre la possibilité de filmer les forces de l’ordre, mais aussi contre les violences policières et le racisme. “Floutage de gueule”, “Qui nous protègera des féroces de l’ordre?”, “Baissez vos armes on baissera nos caméras”: les manifestants ont sorti les pancartes et fait fleurir les slogans contre un texte jugé attentatoire à la liberté d’expression et à l’Etat de droit par ses opposants. “On a commencé par démanteler les droits des travailleurs et maintenant on s’en prend aux libertés fondamentales et aux basiques de notre démocratie, la liberté d’expression, d’information”, dénonce Sophie Misiraca, 46 ans, avocate en droit social au barreau de Paris. En milieu d’après-midi, des tensions ont éclaté à l’avant du cortège parisien, près de la place de la Bastille, où des groupes de manifestants ont formé des barricades et allumé plusieurs feux qui dégageaient de grands panaches de fumée et une odeur acre»…

Daily Issue 546: Rien n'est un accident

À la découverte… des femmes les plus influentes de l’année 2020.