Daily Issue 447: 122 battements par minute

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 447: 122 battements par minute

Bonjour à tous. C’est lundi, le 13 juillet… Le jour de la naissance, en 1927, de Simone Veil. L’une des personnalités politiques les plus respectées de France, elle a survécu à l’Holocauste et a défendu les droits des femmes, luttant contre le sexisme institutionnel pour faire adopter une loi légalisant l’avortementen France. Elle n’était que la cinquième femme à être enterrée au Panthéon à sa mort, il y a trois ans. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 447: 122 battements par minute

«La baie» (2018), de Clara Luciani. Parce que nous avons tous parfois besoin d’un guide…  «Je pourrais te montrer pour y aller c’est très facile, / Ferme les yeux et laisse s’entremêler tes cils, / Déjà nous y voilà, / Bienvenue sur la baie»… Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 447: 122 battements par minute

Des rythmes de chansons plus rapides, un antidote à ces temps troublés? Ce n’est décidément pas l’été pour aller danser dans les boîtes de nuit bondées. Et pourtant, nous avons toujours besoin de musique pour danser, pour nous faire sentir plus vivants que jamais, pour oublier les difficultés des réalités pendant trois ou quatre minutes… Et plus le rythme est rapide, plus nous sommes susceptibles de le faire?  D’Ouest France: «Cet été, préparez-vous à taper du pied et à danser plus rapidement que d’habitude. Les chansons pop à grand succès affichent un rythme plus soutenu que celui des tubes des années précédentes. Comme l’a calculé un journaliste de la BBC, le tempo moyen des 20 plus gros succès de 2020 est de 122 battements par minute. Un niveau à son plus haut depuis 2009. L’exemple de Lady Gaga est éloquent. L’artiste pop américaine est habituée des chansons dansantes et rythmées. Mais ses titres s’accélèrent. Son dernier grand tube, “Rain on me”, affiche un battement par minute de 123. Ce niveau est supérieur à d’autres de ses chansons, pourtant elles aussi dansantes, comme “Alejandro” (99 BPM) ou ses premiers succès (“Poker Face” et “Just Dance” tournaient autour de 120 battements par minute). Des exemples similaires existent au Royaume-Uni où les récents succès de Dua Lipa reposant sur des rythmes très rapides. La France n’est pas épargnée par le phénomène. Même des chanteurs et chanteuses habitués de rythmes lents ont élevé leurs tempos.(…) Cette nouvelle évolution peut s’expliquer par l’anxiété grandissante des populations face à l’évolution du monde. Face à de nombreux périls, la musique rythmée et dansante peut apparaître comme une échappatoire et un moment pour s’amuser. L’accélération des rythmes pop tombe donc à pic en pleine épidémie mondiale de coronavirus»… Que pensez-vous de cette accélération? Vous trouvez-vous à écouter des chansons plus rythmées et plus dynamiques ces jours-ci? Pourquoi ou pourquoi pas?

Daily Issue 447: 122 battements par minute

L’effondrement de la Libye. Ce pays africain est confronté à la pire crise économique de son histoire, laissant ses citoyens affamés de la viande et de sucre, avec un gouvernement «faible et corrompu» incapable de mettre fin à la catastrophe. L’histoire, d’Ouest France: «La livre libanaise s’est effondrée… Parce qu’elle est surévaluée. Le Liban est un pays qui ne produit quasiment rien. Toute l’économie est basée sur les transferts d’argent des quatorze millions de Libanais expatriés (contre six millions au pays) et sur les investissements des richissimes pays du Golfe. Ces transferts de devises ont longtemps permis de maintenir une parité avec le dollar, qui gonflait artificiellement le niveau de vie des Libanais. Mais, à partir de 2011, la diaspora s’est appauvrie et le Golfe a boudé le Liban à cause de l’engagement en Syrie du Hezbollah chiite, en soutien de “l’ennemi” iranien. Pour continuer à attirer des dollars, la Banque centrale du Liban a offert des taux d’intérêt faramineux. Jusqu’à 20% pour les plus gros dépôts! Le coup de bluff a retardé l’effondrement. En 2019, la fiction a craqué. Grèves et manifestations ont éclaté pour dénoncer une situation intenable. Les Libanais se sont rués sur les banques, qui, faute de réserves, ont bloqué les retraits. La livre a plongé»…

Daily Issue 447: 122 battements par minute

À la découverte… du Luberon et «ses champs de lavande, ses vignobles et ses falaises, qui regorgent de coins aussi sublimes que méconnus»…