Daily Issue 349: Le tricot, pourquoi pas?

Want to take it to the next level and improve your French listening and speaking skills? The audio recording of today’s News in French is only available to members. Sign up today to gain full access immediately.  Membership is just $5/month with a five-day free trial. (Want a custom subscription plan? Let me know.)

Are you already a member? Sign in.

Daily Issue 349: Le tricot, pourquoi pas?

Bonjour à tous. C’est mardi, le 25 février… Le jour, en 1945, de la première émission sur les ondes courtes du service international de Radio Canada. Lancée pendant la deuxième guerre mondiale, elle avait pour but de tenir les soldats, les citoyens à l’étranger, et «l’ennemi» informés d’un point de vue canadien, ainsi que de soutenir la BBC face à la menace d’une invasion allemande de l’Angleterre. Voici les News in French d’aujourd’hui.

Daily Issue 349: Le tricot, pourquoi pas?

«T’as vu» (2018), de Clio. Parce que parfois vous avez juste besoin d’un moment pour vous-même… «Salut, ça va? / T’as vu, j’suis là, / Je suis rentrée chez nous, / Ben t’es déjà debout, / Tu t’es inquiété, / Mais j’avais pris les clés, / Et j’étais pas bien loin, / Et je savais bien, / Que je reviendrais»…  Disponible sur Youtube et Spotify.

Daily Issue 349: Le tricot, pourquoi pas?

Le tricot, est-il vraiment pour tout le monde? Lorsque vous pensez aux personnes qui transforment des pelotes de laine en magnifiques pulls et écharpes, la majorité d’entre vous pense probablement à une mamie assise dans son salon. Ou, à tout le moins, que le tricot est une préoccupation féminine. Il s’agit peut-être d’un stéréotype qui fait mal, soyez honnêtes, mais quelle est la dernière fois que vous avez vu un homme tricoter? La société d’aujourd’hui pourrait penser qu’une telle combinaison est inhabituelle ou même étrange, alors que dans le passé, le tricot était encore principalement dominé par les hommes (lien en anglais). Au Moyen-Âge, il existait même des guildes de tricotage, sortes de syndicats médiévaux…  Est-il donc temps que tout le monde se remette au tricot? Après tout, des études ont montré les avantages psychologiques et sociaux, et il s’avère que le cerveau masculin est particulièrement doué pour les aspects mathématiques du tricot. Ce reportage vidéo de LCI explique que «aujourd’hui, de plus en plus d’adeptes masculins fréquentent les merceries. Contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas des précurseurs, car à l’origine, le tricot était une affaire d’hommes»… Pensez-vous que le tricot puisse un jour briser les stéréotypes? Si vous ne le faites pas déjà, aimeriez-vous commencer à tricoter?

Daily Issue 349: Le tricot, pourquoi pas?

RIP Katherine Johnson. La femme pionnière qui a aidé le voyage spatial américain à atteindre les sommets qu’il a atteints, ses accomplissements restant inconnus pendant des décennies — jusqu’à récemment — est décédée hier. De France Info: «”Ils lui avaient demandé la Lune, elle leur avait donné la Lune“, écrit le New York Times. La mathématicienne Katherine Johnson est morte à l’âge de 101 ans, annonce la Nasa, lundi 24 février. Cette scientifique avait été l’une des premières femmes noires à collaborer avec l’agence spatiale américaine. Elle avait notamment inspiré le film Les Figures de l’ombre. “La famille de la Nasa est triste d’apprendre la nouvelle du décès de Katherine Johnson“, a écrit sur Twitter l’administrateur de l’agence, Jim Bridenstine. Katherine Johnson a travaillé sur les missions Mercury et Apollo, mais également sur l’atterrissage de l’homme sur la Lune en 1969 et les premières années du programme de la navette spatiale»…

Daily Issue 349: Le tricot, pourquoi pas?

La menace du virus de la tomate. Les agriculteurs français sont confrontés à un virus mortel qui tue leurs plants de tomates. Et il pourrait très facilement prendre de nouvelles proportions…  D’Europe 1: «Les jardiniers du dimanche et leurs potagers représentent un risque important de propagation du virus de la tomate ToBRFV ou tomato-virus, qui fait courir un grave risque économique pour les producteurs français, a souligné lundi l’agence de sécurité sanitaire Anses. “La difficulté, c’est qu’aujourd’hui à peu près 50% des plants en France sont commercialisés vers le grand public, vers les jardins potagers et là, comme c’est un virus très résistant dans l’environnement, il peut passer d’un plant à l’autre par le fruit, par les feuilles, par les outils et donc contaminer de jardin en jardin“, a déclaré Roger Genet, directeur général de l’Anses, lors d’un point de presse au salon de l’agriculture». Ce qui pourrait créer une «vrai situation épidémique» en France, selon l’expert…

Daily Issue 349: Le tricot, pourquoi pas?

À la découverte… des dix quartiers les plus cool en Europe.