Lors d’une conférence de presse lundi en Helsinki avec le président russe, Donald Trump a refusé de culpabiliser Poutine pour son implication et son ingérence dans l’élection présidentielle américaine.

En revanche, il a été vite à critiquer les conclusions de ses propres agences de renseignement et les politiques « stupides » des États-Unis, qui, selon Trump, sont responsables de la détérioration des relations entre les deux pays.

Il y a seulement trois jours, le ministère de la Justice des États-Unis a annoncé l’inculpation de 12 espions russes pour piratage des réseaux informatiques du Parti démocrate, ce que Poutine nie.

La prestation douteuse de Trump face à son homologue russe a fait retentir l’alarme, avec presque tous les politiciens, diplomates, et journalistes imaginables déplorant ses remarques et la rencontre en Helsinki dans son ensemble. [Reuters, Le Figaro]